Frattini annonce l'adoption en Europe de lois réprimant le racisme

Tripoli- Libye (PANA) -- L'Europe envisage d'adopter une loi réprimant tout comportement ou attitude raciste ou ayant des mobiles ou des motivations ségrégationnistes, a annoncé lundi le vice-président de la Commission européenne chargé de la justice, de la liberté et de la sécurité, Franco Frattini.
S'exprimant au cours d'une conférence au siège de l'Association mondiale de l'appel islamique (AMAI) à Tripoli, M.
Frattini a indiqué que l'Europe est plus que jamais engagée dans un processus d'intégration des communautés étrangères résidant sur son sol grâce à l'adoption de politiques plus volontaristes de proximité auprès des ces communautés.
Le fait de mettre l'accent sur les aspects sécuritaires en matière d'immigration clandestine peut être lourd de conséquences, a dit ce diplômé en droit et ancien ministre des Affaires étrangères d'Italie, soulignant l'urgence pour toutes les partis de conjuguer les efforts en vue de sauver ces candidats à l'émigration du péril qu'ils affrontent en mer.
A ce propos, il a salué les efforts de la Libye visant à traiter ce phénomène dans le cadre de la concertation entre l'Union européenne et l'Union africaine, précisant qu'une conférence relative à ce sujet est en gestation entre ces deux entités en vue d'en examiner les différents aspects.
Abordant le dialogue des cultures, Franco Frattini a rejeté l'idée de l'existence d'un choc de civilisations (occidentale et islamique), affirmant que ceux qui soutiennent cette thèse oublient l'interaction historique entre ces deux mondes depuis la nuit des temps et donnent foi aux clichés réducteurs véhiculés par les extrémistes des deux camps.
Ceux de l'Occident assimilent l'islam au terrorisme et ceux du monde musulman réduisent l'Occident en une civilisation de déchéance des moeurs et de consommation, a-t-il déploré.
M.
Frantini, qui est aussi directeur de l'Observatoire méditerranéen à Rome, a plaidé pour l'établissement d'un véritable partenariat entre l'Occident et le monde musulman par la coopération, notant que le dialogue seul peut conduire à s'entendre sur des valeurs communes au-delà des différences religieuses.
Des valeurs comme le respect de la vie, de la liberté, de l'égalité et le refus de la violence sont les dénominateurs communs constituant la base d'une bonne entente, a-t-il ajouté.
Pour le responsable européen, la nécessité de ce partenariat et de cette interaction entre le monde Occidental et monde musulman est dictée par les défis auxquels font face les deux civilisations, notamment la mondialisation, la protection de l'environnement, la lutte contre la pauvreté et la perte des valeurs, «des défis qu'aucune des deux ne peut vaincre à elle seule», a-t-il conclu.

22 mai 2006 20:01:00




xhtml CSS