Fin de la visite de la délégation du Cissa en Libye

Tripoli, Libye (PANA) - La délégation sécuritaire de haut niveau, composée d'experts du Comité intergouvernemental des services de sécurité africains (Cissa) de l'Union africaine (Ua) a conclu sa visite samedi en Libye à l'issue d'une semaine d'entretiens avec les responsables libyens chargés du dossier de la migration et de visites dans les centres d'hébergement pour immigrants clandestins, a annoncé, dimanche, le directeur du Bureau d'infirmation du ministère libyen des Affaires étrangères, Ahmed al-Arbad.

Dans un communiqué de presse, M. al-Arbad a précisé que la délégation de sécurité a effectué une série de visites dans les centres d'hébergement d'immigrants clandestins dans la capitale Tripoli et sa banlieue et s'est rendue jeudi dans la ville de Gharyan (80 km sud-ouest de Tripoli), en particulier le centre d'immigration clandestine où sont hébergés des migrants clandestins.

La délégation a également visité le cabinet du ministère des Affaires étrangères lundi et rencontré le vice-ministre pour les Affaires politiques. Elle a eu des réunions variées et formelles avec plusieurs hauts responsables du gouvernement d'union nationale et des représentants de divers organismes de sécurité compétents, conformément au programme de la visite qui s'est étalée du 14 au 20 janvier courant.

La délégation a quitté à Tripoli après l'achèvement du programme de la visite et toutes les réunions prévues à l'avance dans le cadre du déplacement en Libye, selon cette même source qui a précisé la satisfaction des membres de la délégation africaine de sécurité, Cissa.

Le Comité inter-gouvernemental des services de sécurité africains est une structure qui regroupe les patrons du renseignement de 50 Etats membres de l’Union africaine.

Créé le 26 août 2004 à Abuja au Nigeria, le Cissa est un mécanisme d’échanges d’informations et d’analyses qui a pour vocation d’assister l’Ua pour cerner les défis sécuritaires auxquels le continent fait face, rappelle-t-on.

L'Union africaine s'est engagée, après le sommet Union européenne/Union africaine d'Abidjan en Côte d'Ivoire dominé par la lutte contre l'immigration clandestine, de rapatrier les migrants africains coincés en Libye dont le nombre est estimé entre 400.000 et 700.000 dans ce pays de l'Afrique du Nord.

Ce regain d'intérêt intervient après la diffusion par la chaîne américaine CNN, d'un reportage portant sur des allégations de l'existence de marchés de vente d'immigrants aux enchères en tant qu'esclaves. Ce qui a été vivement démenti par les autorités libyennes qui ont diligenté une enquête pour jeter la lumière sur ce phénomène.

Le Nigeria et la République Démocratique du Congo ont, à l'issue de la visite de délégations ministérielles effectuée dernièrement, décidé de rapatrier leurs ressortissants retenus dans les centres d'hébergements pour migrants clandestins en Libye.
-0-PANA BY/BEH 21jan2018

21 janvier 2018 10:41:32




xhtml CSS