Fayez al-Sarraj réitère que seul le peuple libyen déterminera qui le gouvernera

Tripoli, Libye (PANA) - Le président du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale a déclaré que son institution est intervenue conformément à l'Accord politique libyen et qu'elle n'est pas une partie du conflit, mais contribue à la solution, assurant que c'est le peuple qui déterminera à travers les urnes qui le gouvernera.

Dénonçant la poursuite des querelles politiques et l'escalade injustifiée, ainsi que l'incapacité des partis politiques à trouver une solution pour soulager les souffrances du peuple, Fayez al-Sarraj a dit que seul le recours au peuple constitue l'alternative pour déterminer ceux qui auront  la responsabilité de l'administration de l'État dans la période à venir.

Au cours de son discours lors du Sommet africain, samedi dans la capitale du Congo, Brazzaville, pour discuter de la crise libyenne, M. al-Serraj a déclaré que l'impasse dans la solution "résultait de l'incapacité de la Chambre des représentants (Parlement) et du Conseil de l'État à trouver un règlement politique entre eux pour adopter des amendements à l'Accord politique".

En raison de cet échec et à la lumière des conflits politiques continuels et à l'escalade continue et injustifiée, il a proposé en juillet une initiative pour résoudre la base de la déclaration constitutionnelle et de l'Accord politique.

Ainsi, il a "offert l'occasion à tous de contribuer à la construction d'un Etat civil démocratique qui met l'accent sur le principe de séparation entre les pouvoirs et la soumission de l'institution militaire à l'Exécutif de l'autorité civile".

Si les parties de la crise ne peuvent ou ne veulent pas s'asseoir ensemble, comment peuvent-elles participer à la gouvernance et à gérer les affaires de l'État, s'est-il demandé.

Il a cité les principales caractéristiques de cette initiative qui comprend "la cessation de toutes les hostilités, à l'exception des actes de la lutte contre le terrorisme, la formation et l'unification des institutions de l'État, principalement l'institution militaire; la séparation du conflit politique, la fourniture des prestations de services aux citoyens, la création d'un Conseil suprême pour la réconciliation nationale, la protection des droits et des libertés, la lutte contre la corruption, le conduite d'élections présidentielle et parlementaires en 2018 et l'élection du président au suffrage universel".
-0- PANA BY/IS/IBA 10sept2017

10 septembre 2017 16:10:26




xhtml CSS