Fayez al-Sarraj appelle à s'unir contre le défi terroriste en Libye

Tripoli, Libye (PANA) - Le président du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale,  Fayez al-Sarraj, a affirmé que "l''incident terroriste (attaque du siège de la Commission électorale à Tripoli) nous alerte que le défi de la sécurité existe toujours", ajoutant que "cette attaque terroriste est similaire à ce qui s'est passé dans de nombreuses capitales arabes et européennes traquées par le terrorisme, mais seules l'unité et la coordination régionale et internationale peuvent y faire face".

On rappelle qu'un attentat-suicide ciblant le siège de la Haute Commission électorale à Tripoli, a fait 14 morts et six blessés, une action revendiquée par Daech.

Ouvrant jeudi à Tripoli les travaux du Forum économique libyen en présence du président de la Chambre libyenne de commerce et du président du Conseil des hommes d'affaires italiens et un certain nombre de ministres et responsables libyens, M. al-Sarraj a abordé la relation historique entre la Libye et l'Italie, ajoutant que les deux pays ont atteint, depuis longtemps, la conviction de la nécessité de clore ensemble l'époque négative dans cette relation et regarder vers l'avenir, ainsi que la coopération par le biais d'un partenariat stratégique solide aux avantages mutuels.

M. al-Sarraj a exprimé l'espoir que ce partenariat se traduira par des investissements conjoints, des programmes et des initiatives dans les secteurs de l'économie, des infrastructures, de l'énergie, des finances, des services et du tourisme.

"Dans notre planification actuelle, nous comptons sur des partenariats public-privé, et nous attendons avec impatience l'achèvement des règles d'une économie de marché que nous faciliterons pour préserver la dimension sociale de cette transformation", a-t-il ajouté.

Il a fait part de sa confiance aux capacités de surmonter la crise actuelle, indiquant qu'il ne parlera pas devant le Forum économique sur la situation politique actuelle, des solutions  proposées, notamment les élections, mais l'une de ses conséquences qui préoccupe l'Italie et hante également la Libye, à savoir la question de l'immigration clandestine.

Le responsable libyen a affirmé que ce problème peut être une opportunité d'investissement comblant le vide sécuritaire et limitant le problème comme la réactivation de la pêche maritime, la création de projets touristiques et économiques le long de la côte libyenne en plus du développement mécanique dans le sud en profitant de l'approche de gestion décentralisée " que nous avons toujours cherchée à atteindre et dont nous avons déjà commencé la première étape du processus".

"Cet investissement se situe dans le but recherché par la Libye et l'Italie, faire de la Méditerranée un havre de paix et de coopération et un marché d'échanges commerciaux et de communication culturelle", a déclaré M. al-Sarraj, ajoutant qu'avec la remise de la roue de l'économie, la Libye peut drainer des centaines de milliers d'emplois légitimes selon les législations et les lois libyennes et les exigences des opérations de construction et de développement.

M. al-Sarraj a conclu en soulignant l'importance accordée par l'Etat aux jeunes qui sont le pilier  du développement durable, invitant le Forum à se concentrer en particulier sur le terrain des connaissances, de réhabilitation et de l'économie, de la formation et du développement des compétences et des connaissances nécessaires.

Pour sa part, le président de la Chambre de commerce italo-libyenne a souligné la profondeur des relations entre l'Italie et la Libye et l'importance économique de la Libye, abordant un certain nombre de domaines dans lesquels il est possible de coopérer.
-0-PANA BY/BEH/SOC 03mai2018

03 mai 2018 20:03:54




xhtml CSS