Faible participation des femmes à la gouvernance publique au Togo

Lomé,Togo (PANA) - La participation des femmes à la gouvernance publique au Togo reste toujours faible, selon la ministre togolaise  chargée de la Promotion de la femme,  Mme Patricia  Dagban-Zonvidé.

La ministre a fait cette déclaration lors de la célébration de la Journée internationale de la femme que le Togo a placé sous le thème national: « La participation des femmes à la gouvernance publique » pour mettre en exergue la sous-représentation des femmes dans les instances de décisions.

Cette faible représentation est  considérée par les femmes comme  « une violence sociopolitique » sur laquelle le gouvernement focalise spécialement ses efforts depuis un certain temps.

Selon des chiffres fournis par Mme Dagban-Zonvidé, «  depuis le premier gouvernement de transition de septembre 1991 jusqu’à celui de  2010, sur un chiffre cumulé de 451 membres le gouvernement n'a compté que 47 femmes, soit 10,42% ».

A l’Assemblée nationale, déplore-t-elle, « de 1958 à 2007, sur un total de  775 députés, on a compté 41 femmes, soit 5,2% », tandis qu'au sein de l'actuel Parlement ne siègent que 8 femmes  sur 81 députés.

Dans cette optique, a-t-elle martelé, « aucune discrimination, aucune exclusion, aucune sous représentation ne doit être tolérée, car les Objectifs du Millénaire pour le développement reconnaissent la valeur de l’égalité entre les hommes et les femmes, comme facteur de progrès ».

Au début de l’année,  le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé,  avait annoncé son intention de soutenir la parité homme/femme dans l’accès aux fonctions électives et, l’Assemblée nationale, lors d’une modification du code électoral,  avait encouragé la candidature des femmes aux élections, en attendant une loi instituant la parité homme/femme surtout au Parlement.
-0-PANA FAA/SSB/IBA 10mars2013

10 mars 2013 12:24:08




xhtml CSS