Ethiopie : Un sommet de l'UA pour approuver le plan directeur des TIC pour l'Afrique

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - Le Sommet de l'Union africaine (UA) qui va se tenir à la fin de ce mois, devrait approuver une initiative renouvelée des pays africains pour la propagation rapide de l'internet à haut débit afin d'accélérer le développement économique sur le continent.

L'Assemblée des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA, qui doit se tenir du 22 au 29 janvier 2018 à Addis-Abeba, en Ethiopie, doit examiner et approuver les résolutions d'un comité technique spécialisé de l'UA sur la communication et les TIC.

Les principaux sujets abordés lors de la réunion ministérielle sur les TIC ont été la mise en oeuvre du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA) en se concentrant particulièrement sur la manière dont les pays africains pourraient travailler avec les agences des Nations Unies pour mettre en oeuvre les initiatives spécifiques en matière de TIC.

L'UA propose que chaque pays africain soit connecté à au moins deux câbles sous-marins différents et que les pays enclavés disposent également de voies alternatives d'accès au littoral.

Les programmes de TIC menés dans le cadre du PIDA incluent également l'accès à un point d'échange internet national et régional.

Les pays d'Afrique dépensent actuellement 65 millions de dollars par an pour connecter les utilisateurs d'internet en Afrique à des serveurs basés à Londres, une somme qui pourrait être partagée entre les pays africains, selon Moctar Yedaly, chef de la Division de la société de l'information à la CUA.

Ces fonds sont ceux dépensés par les fournisseurs de service internet pour payer les parties tierces qui fournissent les services de connexion aux utilisateurs d'internet, y compris l'échange d'e-mails.

Les points d'échange internet ont été installés dans 33 pays d'Afrique et lancés officiellement dans 18 pays, selon M. Moctar.

Le plan directeur pour l'internet de l'UA vise l'engagement des ministres des TIC à oeuvrer avec les ministres du Transport et de l'Energie pour s'assurer que les conduits ou fibres de TIC soient déployés sur des infrastructures régionales.

La CUA vise également l'harmonisation du spectre des radiofréquences en Afrique, avec l'objectif de s'assurer que les marchés émergents africains utilisent les TIC pour promouvoir la croissance économique.

Le secteur de l'information et de la communication, boosté par des secteurs de la téléphonie mobile et de la banque mobile robustes, s'est positionné comme un des principaux moteurs du développement économique en Afrique.

La Commission de l'Union africaine (CUA) basée à Addis-Abeba, poursuit l'harmonisation des politiques du spectre.

Les responsables de l'UA sont convaincus qu'une politique du spectre cohérente va assurer un meilleur accès aux services d'internet à large bande.

"L'utilisation harmonisée et efficace des dividendes numériques du spectre sera une opportunité pour les pays africains de renforcer la pénétration de la bande large", selon un rapport de l'UA.

Selon l'UA, si les pays profitent de l'opportunité d'améliorer la gouvernance, la croissance de ce secteur sera mieux garantie et son potentiel de développement économique sera libéré par un accès internet à moindre coût.

Le plan directeur de l'UA vise une croissance économique axée sur l'innovation. Il aspire à une croissance de la bande large par le biais d'infrastructures sans fil.
-0- PANA AO/VAO/FJG/IS/SOC 08janv2018

08 janvier 2018 17:22:39




xhtml CSS