Ethiopie : Recul des inégalités et de la pauvreté en Afrique du Nord, selon un rapport

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - La pauvreté et les inégalités ont sensiblement reculé, ces dernières années en Afrique du Nord, selon le premier rapport économique de la Commission de l’Union africaine lancé, ce mercredi à Addis-Abeba (Ethiopie).

«Malgré une croissance instable, les pays d’Afrique du Nord sont parvenus à réduire la pauvreté et les inégalités d’opportunités», selon ce rapport dont le thème porte sur «Dynamiques du développement en Afrique: croissance, emploi et inégalités», réalisé avec l’appui de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Le rapport relève que la croissance est ressortie en moyenne à 2.6% entre 2010 et 2015, contre 4% entre 1995 et 2009. Cet affaiblissement est à imputer principalement à l’instabilité des cours du pétrole, l’atonie de la demande en Europe après la crise financière mondiale de 2008, les contrecoups du Printemps arabe et la persistance de conflits. Les gains de productivité sont insuffisants, témoignant de l’absence de capacités d’innovation.

Si les inégalités et la pauvreté ont sensiblement reculé, grâce aussi à l’amélioration de l’accès aux services essentiels et aux programmes de protection sociale, cependant, les inégalités de revenus persistent, puisque les 20% les plus riches perçoivent 7.5 fois plus que le segment des 20% les plus pauvres et une partie de la population reste exposée à la pauvreté.

Les taux de participation aux marchés du travail en Afrique du Nord restent faibles (40.9% sur la période 1990-2015), la situation étant particulièrement défavorable pour les jeunes et les femmes.

Les experts soulignent que le principal enjeu face au chômage des jeunes réside dans l’absence d’emplois qualifiés pour une population toujours plus instruite. À 28.8%, le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) est le double de la moyenne mondiale.

Ils soulignent que seulement 16.6% des jeunes femmes travaillent ou sont à la recherche d’emploi, contre 46.8% des jeunes hommes. Environ un quart de ces jeunes actifs vivent dans la pauvreté. Près de 26% de ce groupe d’âge ne sont ni à l’école, ni au travail, ni en formation (NEET), soit le deuxième taux le plus élevé du monde.

Pour surmonter ces défis, les pays devront se doter de politiques pour améliorer et conforter la stabilité politique et la responsabilité institutionnelle, accélérer la transformation structurelle des économies et activer de nouveaux leviers d’action structurants pour l’emploi des jeunes et des femmes.

Ils devront plus spécifiquement orienter les économies vers des secteurs stratégiques créateurs de valeur ajoutée et d’emplois pour les jeunes et la main-d’œuvre qualifiée. Le renforcement des industries manufacturières axé sur l’exportation de biens et de services devrait être envisagé dans le reste de l’Afrique, afin de permettre d’atteindre cet objectif.

Le rapport prône également la promotion de la souplesse en milieu professionnel, afin de favoriser la participation des femmes, soutenir les femmes chefs d’entreprise et aligner l’éducation sur les besoins du marché du travail, pour garantir une hausse de l’emploi des jeunes.

Le rapport sur «Dynamiques du développement en Afrique: croissance, emploi et inégalités» analyse les politiques requises pour promouvoir une croissance inclusive, créer des emplois et réduire les inégalités, lesquelles politiques, à leur tour, visent à répondre aux aspirations de l’Agenda 2063 de l’Union africaine pour «une Afrique prospère fondée sur une croissance inclusive et un développement durable» et réaliser les objectifs de son premier Plan décennal de mise en œuvre 2013-2023.

«Les dynamiques de la croissance, de l’emploi et des inégalités dépendent également de l’intégration de l’Afrique dans l’économie mondiale et des méga-tendances qui président au développement du continent», indique le document dont les cinq chapitres consacrés aux régions mettent en évidence de grandes différences dans ces dynamiques en Afrique australe, centrale, de l’Est, du Nord et de l’Ouest et proposent des recommandations spécifiques à chaque région.

Le rapport entend fournir aux décideurs africains un outil de travail actualisé en appui au dialogue sur les politiques et aux réformes à l’échelle des pays, des Communautés économiques régionales et du continent tout entier.
-0- PANA IT/IS/IBA 11juil2018




11 Julho 2018 15:46:01




xhtml CSS