Ethiopie : Les ministres de l'UA acceptent de se faire entendre sur l'agenda de la gouvernance mondiale de l'internet

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - Les ministres africains de la communication, de la Technologie et de l'information ont décidé jeudi, de chercher un plus grand rôle dans la gouvernance internationale de l'internet.

La résolution a été adoptée à leur deuxième réunion pour discuter des politiques et des règlements concernant l'utilisation de l'Internet et de la cybersécurité à Addis-Abeba.

En outre, les ministres assistant à la session du Comité technique spécialisé de l'UA sur les TIC, ont approuvé un rapport préparé par des experts en technologie qui se sont réunis dans la capitale éthiopienne, du 20 au 22 novembre.

Ils ont porté une attention particulière à l'évolution de la société de l'information en Afrique et à sa transformation numérique en cours.

A l'heure actuelle, la Société de l'information africaine accorde une attention particulière aux efforts visant à assurer que les citoyens africains connaissent bien les questions relatives à l'utilisation d'Internet et à travailler sur les moyens d'améliorer l'accès à l'internet à haut débit.

Sur ce point, les ministres des TIC ont réitéré la nécessité pour l'Afrique de s'impliquer activement dans la dynamique de gouvernance de l'Internet, la cyber-sécurité et la cybercriminalité. En réunion pour la première fois depuis septembre 2015, les ministres ont pris note des développements intervenus dans les secteurs de la communication et de la technologie de l'information, ainsi que dans le développement des infrastructures en général.

La conférence ministérielle, tenue au siège de l'Union africaine (UA) à Addis-Abeba, en Ethiopie, a été officiellement ouverte par Cheikh Bedda, Directeur du Département des infrastructures et de l'énergie, au nom du Commissaire, Amani Abou-Zeid.

Le ministre malien, Modibo Arouna Touré, a accueilli les ministres présents à la réunion, notant que depuis 2000, le monde a connu des changements majeurs en raison du formidable développement des communications et des technologies de l'information qui a affecté les sociétés et les vies.

"La gouvernance d'Internet est une préoccupation pour nous tous, car elle est au cœur des enjeux économiques, politiques, géopolitiques au niveau national. Pour cette raison particulière, il est impératif que l'Afrique soit activement impliquée dans la dynamique de la gouvernance de l'Internet, de la cybersécurité et de la cybercriminalité», a souligné M. Touré.

Il a également exhorté les Etats membres à avoir une vision intégrée pour mieux utiliser les TIC et à participer plus activement aux réunions sur la gouvernance de l'Internet et la cybersécurité.

M Touré a mis en lumière certaines réalisations et résultats à consolider davantage : l'adoption du plan d'action pour la mise en œuvre des décisions sur les technologies de la communication et de l'information ; la mise en place d'une organisation de gestion pour la durabilité du projet Pan African e-Network (PAeN) ; la tenue de la session extraordinaire du CCICT STC sur la gouvernance de l'Internet et la cybersécurité ; la propriété de différents domaines tels que Dot Africa ; l'augmentation des points d'échange Internet en Afrique dans le cadre du système de points d'échange Internet africain (AXIS) en plus d'autres, selon l'UA.

La Commission de l'UA est fermement convaincue que la construction de la société de l'information en Afrique requiert un cyberespace sûr et sécurisé, une infrastructure appropriée et une coordination efficace et des cadres légaux et réglementaires harmonisés de manière adéquate.

Un représentant de l'UA a expliqué que la Commission a élaboré une Convention sur la cyber-législation pour le continent qui respecte les exigences légales et réglementaires en matière de transactions électroniques, de cybersécurité et de protection des données personnelles.

La Convention a été adoptée par l'Assemblée de l'UA en juin 2014.
-0- PANA AO/AR/MTA/IS/SOC 23nov2017

23 novembre 2017 20:42:50




xhtml CSS