Ethiopie : Le Président de la CUA appelle au plein respect des droits de l'homme en Afrique

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - Bien que les pays africains ont brisé les chaînes de l'oppression coloniale et raciste, ils doivent faire davantage pour garantir le plein respect des droits de leurs peuples, a déclaré Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'UA, lors de la Journée africaine des droits de l'homme.

Commémorant samedi la Journée africaine des droits de l'homme de 2017, le président a noté que l'occasion signifie "se souvenir des victimes des violations des droits de l'homme, y compris les atrocités de masse et le génocide".

M. Mahamat a rappelé qu'il y a 30 ans, «dans l'esprit de promouvoir l'avancement de notre peuple, la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHP) a été créée. La réalisation de ses aspirations est une tâche de longue haleine, mais nous sommes confiants que cela sera réalisé".

Le chef de la CUA a noté que les 12 derniers mois ont marqué un tournant important dans la lutte pour la réalisation des droits de l'homme et des peuples en Afrique.

L'année dernière a été marquée comme l'Année africaine des droits de l'homme et des peuples en mettant l'accent sur les droits des femmes, outre la déclaration de l'Assemblée de l'UA des dix prochaines années comme Décennie des droits de l'homme et des peuples en Afrique.

Il a déclaré que l'année 2017 est consacrée aux droits de la jeunesse, car elle a été déclarée l'année de 'l'exploitation des dividendes démographiques des jeunes grâce à l'investissement dans la jeunesse. L'accent mis sur les droits des jeunes est le point culminant du mouvement soutenu de l'UA vers l'approfondissement de toutes les dimensions de la culture des droits de l'homme et des peuples sur le continent.

"A travers le thème de la Journée des droits de l'homme de cette année, "Améliorer la contribution des jeunes - Vers la mise en œuvre effective du plan d'action de la décennie des droits de l'homme et des peuples en Afrique", notre Union confirme que sa priorité est de permettre à sa population jeune et nombreuse de jouer un rôle central dans des domaines clés de l'engagement du continent.

"Avoir les jeunes en tête dans la formulation et la mise en œuvre des politiques, ainsi que la gestion de ses espaces politiques, économiques et sociaux, est primordial pour façonner leur avenir et assurer un présent et un futur prospères pour l'Afrique", a déclaré M. Mahamat, dans un communiqué publié par la CUA à Addis-Abeba, en Éthiopie.

Soulignant la détermination de l'UA à engager ses Etats membres pour prendre les mesures nécessaires en développant des politiques et des programmes axés sur les droits de l'homme et des peuples, il les exhorte, y compris les communautés économiques régionales, à entreprendre un exercice similaire au niveau national et sous-régional.

L'importance de la Journée africaine des droits de l'homme est née du texte principal du continent sur les droits de l'homme et des peuples - la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples - officialisant l'engagement de l'Afrique à promouvoir et protéger les droits humains sur le continent.

Un certain nombre d'institutions consacrées à la promotion et à la protection des droits de l'homme ont été créées, notamment la CADHP, qui est devenue opérationnelle en novembre 1987.

La célébration du 30ème anniversaire de la CADHP aura lieu à Banjul, en Gambie, du 1er au 4 novembre 2017.
-0- PANA AR/MTA/IS/SOC 21oct2017

21 octobre 2017 17:54:06




xhtml CSS