Etats-Unis: les conflits tiennent 27 millions d'enfants loin de l'école et exposent les filles en majorité aux abus, selon un rapport de l'UNICEF

New York, États-Unis (PANA) - Environ 27 millions d'enfants se trouvent loin des bancs de l'école, dont en majorité des filles qui sont plus exposées à la violence sexuelle, ont déclaré les Nations Unies dans un rapport publié, ce lundi à New York, avant d’appeler les Etats et les organisations internationales à intégrer les enfants déracinés dans le système éducatif des pays dans lesquels ils vivent.

"La plupart des 50 millions d'enfants déracinés dans le monde sont en besoin inespéré d'éducation, pas parce qu'ils sont déracinés, mais parce qu'ils ont été arrachés à leurs foyers", a souligné l'UNICEF dans un rapport.

"Parce que sans éducation, comment pourront-ils acquérir des connaissances et des aptitudes pour reconstruire leurs vies? Comment sans éducation pourront-ils se frayer un avenir pacifique et prospère pour eux-mêmes, leurs familles, leurs communautés et pour le monde dans lequel ils vivent?", s'interroge l'UNICEF.

"Trouver les voies pour octroyer l'éducation aux enfants déracinés va exiger de notre part des financements, de la créativité et de l'engagement. Ensemble, nous pouvons et devons trouver des solutions pour permettre à chaque enfant d'aller à l'école et apprendre. L'avenir des enfants - et le nôtre - en dépend", selon l'UNICEF.

En 2015, presque 50 millions d'enfants étaient déracinés et plus de 28 millions parmi ces derniers ont été forcés à quitter leurs domiciles à cause de la violence et de l'insécurité, avec également 27 millions d'enfants en âge d'aller à l'école primaire et secondaire non-scolarisés dans 24 pays affectés par des conflits, a indiqué le rapport.

Dans les pays affectés par les conflits, les filles sont 2,5 fois plus exposées à l'abandon de l'école que les garçons et sont également plus vulnérables aux abus sexuels et aux violences sexistes.

La Xénophobie, l'exclusion et la stigmatisation peuvent créer des environnements inhospitaliers, voire dangereux, pour les enfants qui cherchent à intégrer un nouveau système scolaire, alors que seuls 10 pays membres de l'Union européenne reconnaissent le droit à l'école aux enfants migrants en situation irrégulière et 5 autres pays de l'Union leur refusent catégoriquement l'accès à l'école.

En 2016, l'UNICEF avait atteint 11,7 millions d'enfants en situation d'urgence, en leur offrant des opportunités d'apprentissage et des matériaux, de la formation au personnel enseignant, des cours d'alphabétisation et abrite présentement le Secrétariat de l'éducation "ne peut pas attendre", qui a mobilisé plus de 113 millions de dollars américains de la part des gouvernements et des bailleurs et une promesse de 100 millions de dollars supplémentaires en espèces et en nature de la part du secteur privé.

L'UNICEF a également lancé un appel en direction de ses partenaires pour que les enfants déracinés puissent être intégrés dans le système éducatif des pays qui les accueillent et qu'ils investissent également dans les opportunités d'apprentissage de grande qualité.

Elle a également suggéré pour qu'ils octroient à ces enfants des conseils psychologiques, des instructions en langue et qu'ils s'engagent avec d'autres partenaires, dont le secteur privé pour fournir de l'assistance technique, de l'expertise et du talent qui correspondent aux besoins des enfants déracinés.

"L'UNICEF cherche des partenaires qui ont la volonté de faire face aux défis spécifiques concernant l'octroi des opportunités d'apprentissage qui fournissent les aptitudes et les connaissances dont ont besoin les enfants pour reconstruire leurs vies et préparer leur avenir", souligne le rapport.

"Cet objectif requiert des ressources, de la créativité et un engagement pour une éducation de grande qualité en faveur de chaque enfant, notamment ceux qui ont été arrachés à leurs foyers", conclut le rapport.
-0- PANA MA/BAD/IS/IBA 19sept2017

19 septembre 2017 13:56:26




xhtml CSS