Etats-Unis: aucun progrès enregistré dans la lutte contre la hausse du nombre d'enfants non-scolarisés au cours de la dernière décennie

New York, (PANA) - Avec 11,5% d'enfants en âge d'aller à l'école- ou 123 millions- qui ne sont pas scolarisés aujourd’hui, comparé au 12,8%- ou 135 millions- en 2007, le pourcentage d'enfants âgés de 6 à 15 ans et non-scolarisés a connu une baisse insignifiante au cours de la dernière décennie, a déclaré l'UNICEF, ce mercredi.

Des niveaux de pauvreté inquiétants, des conflits latents et des urgences humanitaires complexes ont causé une stagnation et un non-avancement au niveau du pourcentage d'enfants non-scolarisés, a ajouté l'UNICEF, avant de lancer un appel, dans un communiqué publié ce mercredi, en faveur d'investissements accrus dans le but de remédier aux causes qui éloignent les enfants vulnérables des bancs de l'école.

"Les investissements visant à accroître le nombre d'écoles et d'enseignants pour qu'il soit proportionnel à la croissance de la population ne sont pas suffisants. Cette approche économique constante ne prend pas en compte l'accès des enfants les plus vulnérables à l'école - et les aider à satisfaire la plénitude de leurs potentialités- s'ils continuent à être piégés dans la pauvreté, la privation et l'insécurité", a indiqué le patron de l'UNICEF, Jo Bourne.

"Les gouvernements et la communauté internationale doivent diriger leurs investissements vers l’élimination des facteurs empêchant ces enfants d'aller à l'école en premier lieu, y compris la sécurisation des écoles et l'amélioration de l'enseignement et l'apprentissage", a ajouté M. Bourne.

Le communiqué de l'UNICEF renseigne, en outre, que les enfants vivant dans les zones les plus pauvres et dans les zones de conflit sont affectés de manière disproportionnée. Parmi les 123 millions enfants non-scolarisés, 40% se trouvent dans les Pays les moins avancés au monde et 20% dans les régions ou localités en proie à des conflits.

La guerre continue de menacer- et de mettre en péril- les acquis obtenus dans le domaine de l'éducation, a déclaré l'UNICEF, avant d'ajouter que les conflits en Irak et en Syrie, ont entraîné une déperdition scolaire supplémentaire frappant 3,5 millions d'enfants, portant ainsi le nombre d'enfants non-scolarisés à travers le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à environ 16 millions, soit le chiffre de 2007.

L'Afrique Sub-saharienne et l'Asie du Sud- avec leurs niveaux élevés de pauvreté et les populations en croissance rapide, sans oublier les urgences récurrentes, représentent 75% des enfants non-scolarisés au niveau primaire et secondaire, note le communiqué.

Le communiqué se félicite cependant des progrès enregistrés au niveau de l’Éthiopie et du Niger qui figurent parmi les pays les plus pauvres au monde, particulièrement au niveau des enfants en âge d'aller à l'école primaire avec un taux d'inscription dépassant 15% et environ 19% respectivement, soit une hausse considérable au cours de la dernière décennie.

La non-disponibilité de fonds suffisants pour l'éducation dans les situations d'urgence est en train d'affecter l'accès des enfants à l'école en période de conflit. En moyenne, moins de 2,7% des appels à l'aide humanitaire au niveau mondial sont dédiés à l'éducation.

Selon l'UNICEF, à 6 mois après le début de l'année 2017, seul 12% du financement requis pour offrir l'éducation aux enfants pris au piège dans les crises, est disponible, avant d'ajouter que davantage de fonds sont requis pour remédier au nombre en hausse et à la complexité des crises et d'octroyer aux enfants la stabilité et les opportunités qu'ils méritent.

"L'éducation offre de l'assistance à court terme aux enfants affectés par les urgences, mais elle est aussi un investissement décisif dans le développement futur des sociétés à long terme. Malgré tout, l'investissement dans l'éducation ne répond pas aux réalités d'un monde en perpétuelle mutation. Et pour faire face à ces défis, nous devons constituer des fonds plus considérables et prévisibles pour l'éducation pour parer aux éventuelles urgences", a conclu le patron de l'UNICEF.
-0- PANA MA/BAD/IS/IBA 06sept2017





06 septembre 2017 15:26:52




xhtml CSS