Etats-Unis : Le Conseil de sécurité apporte un soutien à la force de l'Union africaine en Somalie

New York, Etats-Unis (PANA) - Le Conseil de sécurité a apporté, mardi, son soutien à la force de l'Union africaine en Somalie, AMISOM, en prorogeant son déploiement jusqu'à la fin du mois de juillet.

Dans une Résolution adoptée à l'unanimité, le Conseil a également rappelé sa décision précédente d'autoriser l'UA à réduire, d'ici le 30 octobre de cette année, à 20.626 éléments son personnel militaire qui s'élève actuellement à 22.126 personnes. Cette force devra néanmoins comprendre un minimum de 1.040 personnels policiers de l'AMISOM, dont cinq spécialistes des unités de Police constituées.

Un communiqué indique que le Conseil a également demandé au Secrétaire général des Nations Unies de continuer à apporter un soutien logistique à l'AMISOM, à ses 70 personnels civils, aux 10.900 membres de l'Armée nationale somalienne qui opèrent conjointement avec l'AMISOM, à la Mission d'assistance des Nations Unies en Somalie (MANUSOM).

La Résolution du Conseil adoptée à la fin du mois d'août de l'année dernière demandait à l'UA et à l'ONU de procéder à une évaluation conjointe des opérations de l'AMISOM - mais cette évaluation a été retardée, ce qui a entraîné la décision de ce mardi de proroger le déploiement de l'AMISOM d'un peu plus de deux mois, afin d'évaluer les avantages d'une prorogation plus longue.

Dans un compte rendu au Conseil, Michael Keating, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, a déclaré que l'AMISOM continue à jouer un rôle indispensable, "à un coût humain très lourd", dans la protection des agglomérations, des principales voies d'approvisionnement et de l'ensemble du processus politique somalien.

"Autant dire qu'une transition réussie ne nécessitera pas qu'une réforme profonde des forces de sécurité somaliennes, mais également comme l'ont souligné le Président de la Commission de l'UA et l'émissaire du Secrétaire général de l'ONU, la transformation de l'AMISOM", a-t-il indiqué.

Une telle transformation voudra dire des opérations conjointes plus flexibles, le renforcement du maintien de l'ordre, des facilitateurs et multiplicateurs de force adéquats, ainsi qu'une responsabilisation renforcée.

Un appui opérationnel plus flexible de la part du BANUS sera également nécessaire, ainsi que des financements prévisibles.

"L'examen conjoint UA-ONU devrait souligner que la première garantie de succès est la nécessité d'une unité d'objectifs entre les acteurs somaliens aussi bien qu'entre les Somaliens, l'UA, les pays contributeurs de troupes et les principaux partenaires de sécurité", a-t-il déclaré.
-0- PANA MA/FJG/IS/IBA 16mai2018

16 may 2018 16:01:22




xhtml CSS