Etats-Unis : L'ONU va se pencher sur son rôle dans la résolution des conflits et la médiation politique au Liberia

New York, Etats-Unis (PANA) - En saluant les réalisations remarquables du peuple et du gouvernement du Liberia pour consolider une paix et une stabilité durables à la suite de la guerre civile de 1999 à 2003, le Conseil de Sécurité a demandé, jeudi, au Secrétariat général des Nations uines d'effectuer une étude sur le rôle joué par sa mission de maintien de la paix dans la résolution des conflits et d'autres défis auxquels ce pays a été confronté.

Dans un communiqué présidentiel publié, jeudi, le Conseil de 15 membres a déclaré: "attendre avec impatience les conclusions de cette étude", qui peuvent être utiles pour envisager les moyens de renforcer l'efficacité des Missions de maintien de la paix des Nations Unies.

La Mission des Nations Unies au Liberia (MINUL) a pris fin, le 30 mars, mettant un terme à près de 15 ans de présence dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, dévasté par 14 années de guerre civile.

Dans le communiqué, le Conseil s'est félicité du maintien de la mise en oeuvre du plan de construction de la paix pour le Liberia proposé par le Secrétaire général, António Guterres et a insisté sur le fait que l'ONU continuerait à être un partenaire important du Liberia après la fermeture de la MINUL.

En s'adressant au Conseil, un haut responsable onusien du maintien de la paix a félicité le peuple du Liberia dont la résilience a été le facteur décisif pour tourner la page sur cette crise et ce conflit et dont la détermination va assurer que la paix acquise de haute lutte soit maintenue.

"Pendant près de 25 ans, la situation au Liberia était si préoccupante qu'elle était constamment présente dans l'agenda du Conseil. Mais ce pays a franchi une étape importante", a déclaré Alexander Zuev, sous-Secrétaire général à l'Etat de droit et aux institutions chargées de la sécurité au département des Opérations de maintien de la paix de l'ONU.

Au début de cette année, le président George Weah a succédé à Ellen Johnson-Sirleaf, qui dirigeait le Liberia depuis 2006, marquant la première transition du pouvoir pacifique entre des dirigeants démocratiquement élus depuis 71 ans.

M. Zuev a déclaré que désormais, repose entre les mains du peuple et du gouvernement du Liberia le travail important de construction d'une nation - une nation unie, réconciliée avec un gouvernement responsable engagé à lutter contre la corruption dans ses rangs, une nation où tous les citoyens partagent les bénéfices des abondantes ressources naturelles et humaines du Liberia et une nation totalement responsable de sa propre destinée, avec des institutions et un gouvernement qui donne des garanties élémentaires - de sécurité, de protection et de services - à ses citoyens.

"La fin du mandat de la MINUL […] est une démonstration remarquable que ce pays emprunte rapidement la voie d'une paix durable", a-t-il souligné.

La réunion s'est également tenue en présence du vice-ambassadeur, Irina Scoulgin-Nyoni de la Suède, présidente de la Configuration Liberia de la Commission de consolidation de la paix, ainsi que de Chid Liberty, directeur exécutif de "Liberty"

20 Abril 2018 16:24:50




xhtml CSS