Engagement des femmes du Congo dans la lutte contre le réchauffement climatique

Brazzaville, Congo (PANA) – Les femmes du Congo regroupées au sein du Réseau national des femmes et climat du Congo (Renafecc) ont déclaré mardi à Brazzaville, que le réseau se propose d’apporter sa contribution dans la lutte contre le réchauffement climatique au Congo, a annoncé sa coordonnatrice nationale, le Dr Claire Assambo, lors d’un point de presse.

Selon elle, ce réseau se propose d’accompagner le gouvernement dans la promotion de la plantation d’arbres, l’agro-foresterie couplée, la création d'espaces verts, le développement des activités génératrices de revenus, ainsi que dans l’application des énergies renouvelables, type énergie solaire et de la biomasse.

‘’La position géographique du Congo fait de ce pays un lieu fragile aux changements climatiques’’, a dit Assambo, ajoutant que l'espace est influencé par les inondations, les érosions, les ensablements, la déforestation, la diminution des pluies et la sécheresse.

‘’Face à cette situation, notre plate-forme se propose d’apporter notre contribution par différentes activités grâce à nos propres efforts, la volonté des pouvoirs publics et celle des partenaires internationaux dans l’intérêt des populations congolaises en général et de la femme en particulier», a-t-elle déclaré.

Au niveau national, a-t-elle indiqué, le réseau se bat pour être visible à travers son action avec la culture d’arbres oléagineux comme le Moringa et autres plantes médicinales. Cet arbre aux multiples atouts est destiné à la commercialisation et à l’industrie comestible. Il contribue à la séquestration du carbone, l’amélioration du syndrome douloureux chez les sujets drépanocytaires, la fabrication de l’azote, d’engrais chimiques, de tourteaux riches en protéines et bien d’autres.

Selon elle, sur dix hectares acquis, le réseau a déjà planté un hectare de Moringa. A cet effet, elle a invité toute personne de bonne volonté disposant d'espaces à se procurer des plants pour la culture de cet arbre afin de lutter contre le réchauffement climatique.

‘’La plate-forme Renafecc regroupe en son sein les ONG et associations œuvrant dans le domaine de la protection de l’environnement au Congo. Elle veut arriver à l’autonomisation des femmes par l’économie verte. Elle doit sa naissance au contexte des préparatifs de la 21e Conférence des parties sur le climat (COP 21) de Paris en 2015, en vue de s’aligner sur le fichier des organisations de la société civile congolaise soucieuse de la vulnérabilité des femmes face aux changements climatiques’’,  a conclu Mme  Assambo.

-0- PANA MB/IS/SOC 07fevr2017

07 février 2017 17:24:39




xhtml CSS