Emouvante cérémonie à Bruxelles au couple de Marocains assassinés

Bruxelles- Belgique (PANA) -- Plus de 6.
000 personnes ont assisté, vendredi en fin de journée, dans un grand parc de Bruxelles, à une émouvante cérémonie en hommage à Ahmed Isiyasni, un Marocain père de cinq enfants, et son épouse, Abiba El Hajji, abattus mardi dans la capitale belge par un septuagénaire raciste, a constaté la PANA sur place.
Plusieurs membres du gouvernement belge, dont le ministre de l'Intérieur, Antoine Dusquene, et des représentants de partis politiques belges, ont pris part à la cérémonie "pour marquer leur solidarité avec la communauté musulmane de Belgique".
Les ambassadeurs de plusieurs pays arabes, parmi lesquels celui du Maroc, étaient également présents.
Les cercueils des deux victimes étaient exposés sous une des trois tentes dressées pour la circonstance dans le parc en direction de la Mecque pour la dernière prière.
Devant l'immense foule, le maire de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, a lancé un appel au calme et à la tolérance.
"La haine est dans nos murs.
Elle a emprunté le visage du racisme et a frappé.
C'est la haine qui répond à la haine", a-t-il dit.
Pour sa part, l'une des filles du couple assassiné, Mlle Kenza, a appelé la communauté musulmane au calme et au respect de la loi.
Elle a demandé que deux arbres soient plantés dans la rue Vanderlinden où le drame a eu lieu.
Le ministre de l'Intérieur a exprimé l'indignation du gouvernement belge devant cet "acte raciste odieux", ajoutant qu'il faut "clamer notre indignation et récuser toute forme de violence", et que "la Belgique doit rester une terre de respect mutuel".
Le Coordinateur des mosquées de Bruxelles a condamné cet acte raciste en indiquant que "les victimes avaient pour seul défaut d'être différents".
"Nous devons affirmer le plus grand respect pour la société belge à a laquelle nous adhérons", a-t-il affirmé.
A l'issue de la cérémonie, les deux corbillards se sont dirigés dans un cortège à l'aéroport de Zaventem d'où les corps seront rapatriés ce dimanche pour le Maroc.
La cérémonie s'est déroulée sans incidents.
La police ainsi que le service d'ordre des jeunes musulmans ont bien canalisé la foule jusqu'à sa dispersion.
On rappelle que dans les jours suivant le drame, mercredi et jeudi, des voitures ont été incendiées par des jeunes gens en colère qui ont aussi lancé des cocktails Molotov contre les forces de l'ordre.
La population de Schaerbeek reste sous le choc.
On se demande pourquoi, connaissant le comportement violent du septuagénaire xénophobe, la police n'avait pas pris les dispositions pour le faire placer dans une résidence pour personne âgée.
Le meurtrier, Hendrik Vyt âgé de 79 ans, qui est un sympathisant de l'extrême droite, habitait dans le même immeuble que la famille marocaine dans un quartier populaire de la capitale belge à forte population immigrée.
M.
Vyt, a également tiré sur deux des enfants du couple, en blessant un grièvement, avant de mettre le feu au bâtiment.
Il a atteint à la jambe un autre voisin qui avait tenté d'intervenir après le déclenchement de l'incendie par le tireur, réputé être un mercenaire baroudeur proche de l'extrême droite.
Il aurait également exprimé à plusieurs reprises, ces derniers jours, sa déception après la défaite du chef du Front national (FN, extrême droite française) Jean-Marie Le Pen au deuxième tour de l'élection présidentielle française.

12 mai 2002 13:09:00




xhtml CSS