Emission spéciale de la télévision libyenne à l'occasion de la Journée mondiale contre le sida

Tripoli Libye (PANA) - La télévision nationale de la Libye a diffusé lundi soir une émission spéciale de deux heures consacrée à la Journée mondiale de mobilisation contre le Vih/Sida célébrée pendant trois jours dans le pays.

Des représentants du Centre national libyen de lutte contre les maladies infectieuses et des médecins spécialisés dans la lutte contre la pandémie mortelle, ainsi que des malades atteints dont les images ont été floutées, ont pris part à l'émission.

Une dame de 35 ans, Oumou Abdelah, a indiqué  lors de l'émission qu'elle a contracté le virus par l'intermédiaire de son mari.

Elle a ensuite mis en exergue la stigmatisation dont elle est victime de la part de sa famille, de ses voisins et de ses amies après la découverte de sa maladie il y a environ dix ans.

Elle a indiqué avoir été obligée d'abandonner son travail à cause des pressions qu'elle a subies de la part de ses collègues qui faisaient courir des ragots sur sa personne et l'empêchaient d'utiliser les couverts de la société.

Elle a appelé à l'organisation de campagnes de sensibilisation continue qui vont au-delà de la Journée mondiale contre le Sida pour conscientiser les gens sur le danger de ce virus tout en leur faisant comprendre que la contamination ne se fait pas par l'air ou le toucher, ce qui signifie que le séropositif peut vivre avec son environnement dans la paix.

De son côté, M. Ayman, un nom d'emprunt (40 ans) a indiqué avoir contracté le virus depuis plusieurs années  alors qu'il était en prison.

On lui a transmis le virus par un rasoir qu'il partageait avec des dizaines de personnes avec lesquelles il vivait dans la même cellule.

Il a affirmé souffrir énormément à cause de la honte dont il fait montre parmi les membres de sa famille ou dans la rue.

Il a ajouté que la situation des malades du Sida s'est davantage compliquée pendant la guerre enregistrée dans le pays l'année dernière à cause  des ruptures notées dans la fourniture des médicaments.

Il a toutefois indiqué que la salutation s'est  beaucoup améliorée cette année grâce à la disponibilité des médicaments.

De nombreux malades se sont indignés, par appels téléphoniques en direct lors de l'émission, du fait qu'ils n'arrivent pas à trouver du travail, affirmant que les portes se ferment devant eux lorsqu'on découvre qu'ils sont séropositifs avec les certificats médicaux qui figurent parmi les pièces administratives exigées par les sociétés à tous les demandeurs d'emploi.

Il a saisi l'occasion pour demander au nouveau gouvernement de s'occuper d'eux en tant que citoyens qui doivent jouir des mêmes droits que les autres.

Le Centre national pour la protection et la lutte contre les maladies infectieuses a organisé du samedi au lundi, en collaboration avec des organisations sociales et caritatives locales et internationales, une manifestation scientifique et culturelle de sensibilisation à l'occasion de la Journée mondiales de lutte contre le Vih/Sida, célébrée chaque année le 1er décembre.

Le Centre a dressé une grande tente à la place des martyrs au centre de Tripoli où des séances de sensibilisation sur la pandémie et la drogue ont été organisées.

Le Dr Jamila Amich, spécialisée dans la prévention,  a indiqué à la PANA que le nombre de séropositifs en Libye est estimé à environ 12.000.

Toutefois des statistiques non officielles portent ce nombre (nationaux et étrangers confondus) entre 20 et 35.000 personnes dont la majorité est composée de toxicomanes.
-0- PANA AD/IN/AAS/SOC 04dec2012

04 décembre 2012 21:50:23




xhtml CSS