Election du nouveau président de l'Assemblée nationale au Congo

Brazzaville- Congo (PANA) -- Les députés congolais ont procédé, mardi, à l'élection du président de l'Assemblée nationale en la personne de M.
Justin Koumba, membre du Parti congolais du travail (PCT) et d'un bureau de sept membres, a-t-on appris mercredi de source parlementaire.
M.
Koumba, la soixantaine révolue, seul candidat en lice, a été élu à la suite d'un vote à bulletins secrets organisé au cours d'une séance publique présidée par le doyen d'âge de tous les nouveaux députés, Bernard Kolélas (74 ans) du Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI, proche de la majorité).
Le nouvel élu a recueilli 121 voix sur 129 votants.
"Quels que soient notre appartenance politique et nos choix partisans, nous sommes tous des élus du peuple.
Nous sommes possesseurs d'un bien inaliénable, la souveraineté nationale.
Je m'engage à exercer une présidence attentive, disponible et active", a-t-il déclaré juste après son élection, invitant ses collègues à "dépasser les clivages politiques pour éviter de basculer dans les méandres d'une démocratie conflictuelle".
Né en 1947 dans le district de Kibangou dans le sud-ouest du Congo, M.
Koumba n'est pas un inconnu de la scène politique congolaise.
Il a travaillé pendant longtemps à l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).
Pendant la transition démocratique (1991-1992), il a été ministre de l'Education nationale, avant de se voir confier la présidence du Conseil national de transition (CNT-Parlement provisoire) entre 1997 et 2002.
Lors des législatives de 2002, il a été élu député, mais n'a pas siégé à l'Assemblée nationale puisqu'il a été appelé (de 2003 à 2007) à présider aux destinées de la Commission nationale des droits de l'Homme, une institution constitutionnelle qui n'a jamais tenu de session inaugurale depuis sa mise en place.
A l'approche des dernières législatives, il dissout son parti, l'Alliance nationale pour le Congo (APC), pour se présenter sous le label du PCT.
M.
Koumba sera secondé dans ses nouvelles fonctions par François Ibovi, qui devient premier vice-président.
Jusque-là ministre de l'Administration du territoire et de la Décentralisation, il remplace Gabriel Oba Apounou, un conservateur du PCT qui a boudé les conditions d'organisation du dernier scrutin.
De son côté Bernard Tchibambelela, un membre influent du MCDDI occupe la deuxième vice-présidence de l'Assemblée nationale.
Les postes de premier et deuxième Secrétaire général de cette institution reviennent respectivement à Pierre Ngolo (PCT) et à Claudine Munari.
Cette dernière fut la directrice de Cabinet de l'ancien président Pascal Lissouba.
Elle s'est présentée lors des législatives en "indépendante" et aurait rallié le camp du président Denis Sassou Nguesso, selon des sources concordantes.
Le bureau de l'Assemblée compte en tout sept membres, tous issus des partis de la majorité.
Ils ont été élus à une écrasante majorité parce que n'ayant pas connu d'adversaires, à l'exception du siège de la première Questure où le candidat de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (l'UPADS–opposition) n'a pas pesé lourd (12 voix contre 115) devant un membre du PCT.
L'Assemblée nationale du Congo compte 137 membres dont 12 seulement de l'opposition.
81 sont de nouveaux venus, contre 51 réélus.
Ils doivent légiférer et contrôler l'action du gouvernement jusqu'en 2012.

05 september 2007 11:42:00




xhtml CSS