El Béchir rejette la présence de Casques bleus au Darfour

Rabat- Maroc (PANA) -- Le président soudanais Omar Hassan El Béchir a réitéré jeudi à Casablanca le "rejet catégorique", par son pays, de la résolution 1706 des Nations unies relative à l'envoi au Darfour d'une force onusienne, la jugeant "inacceptable car fondée sur des informations et considérations erronées".
"Cette résolution place le Soudan sous tutelle puisqu'elle évoque la mise en place de systèmes judiciaire, policier et de contrôle des frontières et des droits de l'Homme et instaure le principe de l'impunité", a déclaré M.
El Béchir à la presse, ajoutant qu'il s'agit purement et simplement de "forces d'occupation".
Le chef de l'Etat soudanais a effectué jeudi une escale dans la capitale économique marocaine en provenance de New York où il vient de participer à la 61ème session de l'Assemblée générale des Nations unies et à la réunion du Conseil pour la paix et la sécurité (CPS) de l'Union africaine.
"Nous n'accepterons jamais que le Soudan devienne un nouvel Irak", a déclaré le chef de l'Etat soudanais.
M.
El Béchir, qui a également pris part à La Havane au sommet des Non-Alignés, a ajouté qu'au cours des différentes rencontres, il a pu "convaincre de nombreuses délégations du bien-fondé du point de vue soudanais concernant la situation réelle au Darfour, avec à l'appui des informations documentées réfutant les idées erronées véhiculées par les médias sur cette région, lesquelles ont conduit la plupart d'entre eux à adopter des positions hostiles au Soudan".
"Les amples éclaircissements que nous avons apportés ont amené les pays participants au sommet du Conseil de la paix et de la sécurité africain à proroger, jusqu'à la fin de l'année en cours, la mission des forces africaines stationnées dans cette province", a indiqué le président soudanais.
L'Union africaine (UA) a décidé mercredi de proroger le mandat de sa force présente au Darfour de trois mois, jusqu'au 31 décembre.
La guerre civile au Darfour (nord-ouest du Soudan) et ses conséquences humanitaires ont fait au moins 200.
000 morts depuis février 2003.

21 septembre 2006 17:03:00




xhtml CSS