El Béchir dénonce l'action de la Cpi en Afrique

Nouakchott, Mauritanie (PANA) - Le chef de l’Etat soudanais, Omar Hacen El Béchir, a vivement dénoncé l’action de la Cour pénale internationale (Cpi), dans une allocution prononcée lundi à Nouakchott, devant plusieurs émirs, chefs d’Etat et de gouvernements, à l’occasion de la cérémonie inaugurale du 27ème sommet de la Ligue des Etats arabes (Lea).

Le président soudanais a contesté les poursuites engagées par la Cpi contre sa personne, présentées comme « une manœuvre » des puissances occidentales « visant à saboter le processus de paix » dans son pays.

Omar El Béchir a par la suite dénié toute légitimité à la juridiction à compétences universelles,  dont « l’action, purement politique, est très éloignée du droit ». Il a également évoqué « des faits de corruption au sein de la Cpi, qui ont été plusieurs fois  rapportés par la presse ».

Le président soudanais est sous le coup de deux mandats d’arrêt internationaux lancés par la Cpi en 2009 et 2010. Il est poursuivi par cette juridiction pour 10 chefs d’inculpation dont cinq relevant du crime contre l’humanité « meurtres, extermination, transferts forcés de populations, tortures, viols »  deux infractions relatives au crime de guerre et trois autres rattachées au génocide, selon le site officiel de la Cpi.

Le théâtre de ces crimes présumés est la province soudanaise du Darfour (Ouest) en proie à la rébellion de l’Armée de Libération du Soudan et du Mouvement pour la Justice et l’Egalité, combattue par l’armée régulière et des milices, de 2003 à 2008.

Les troupes régulières et les milices sont accusées d’avoir commis des massacres à caractère ethnique sur certains groupes.

Depuis quelques années, le  rôle de la Cpi anime le débat en Afrique.  Ainsi, une partie de l’opinion continentale dénonce « une justice à deux vitesses portant atteinte à la souveraineté des Etats ».

En face, les Ong de défense des droits humains refusent « l’impunité » et la solidarité « du syndicat » des chefs d’Etats, tout en rappelant que la Cpi est une juridiction à compétences  résiduelles, qui vient pallier les défaillances des systèmes judiciaires nationaux.
-0-PANA SAS/BEH SOC 25juil2016
    

25 juillet 2016 22:05:44




xhtml CSS