Discussion sur l'amélioration de la situation au Darfour

New York- Etats-Unis (PANA) -- Les agences onusiennes, les organisations humanitaires et les pays donateurs sont en discussion avec le gouvernement soudanais en vue d'améliorer l'accès à la région du Darfour où les travailleurs humanitaires rencontrent toujours des obstacles et des restrictions dans le cadre de leur travail.
Le porte-parole de l'ONU, Stephane Dujarric, a déclaré que bien que des améliorations significatives aient été faites dans les récentes semaines, il y a toujours des retards et des problèmes dans l'inscription des organisations non gouvernementales (ONG) et la livraison des équipements et des approvisionnements par les douaniers.
"Les procédures restent bureaucratiques et incohérentes et il y a toujours des retards", a t-il déclaré.
Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a noté une croissance rapide du nombre d'ONG qui travaillent au Darfour dans les récentes semaines du fait de l'attention que la communauté internationale porte sur la crise humanitaire dans la pauvre région", a t-il annoncé.
Dujarric a déclaré que 20 ONG ont déjà commencé à opérer au Darfour et 10 autres seront bientôt sur place.
Plus d'un million de personnes sont déplacées à l'intérieur du pays et au moins 150.
000 se sont réfugiées au Tchad voisin depuis l'éclatement du conflit entre le gouvernement soudanais et deux groupes rebelles, le Mouvement pour la justice et l'équité (MJE) et le Mouvement pour la libération du Soudan (MLS).
Les alliés du gouvernement, les milices arabes Janjaweed, ont commis beaucoup de violations de droits de l'homme avec leurs exactions sur les populations noires de la région, selon un rapport des organismes de droits de l'homme de l'ONU publiés le lundi dernier.
Parmi les abus, on cite notamment des massacres, des viols et la mise à sac et la destruction des villages.
Vendredi dernier, M.
Kofi Annan --qui sera en visite au Soudan cette semaine pour s'enquérir de la situation au Darfour-- a annoncé que les populations du Darfour "sont entrain de vivre une catastrophe" et a qualifié les exactions des Janjaweed d'actes qui "frisent l'épuration ethnique".
Au cours de la discussion sur les obstacles et les retards que rencontrent les officiels au Khartoum, Dujarric a déclaré que les agences onusiennes et les ONG ont fait part aussi de leur inquiétude à propos de la protection de leurs personnels et des civiles.
Malgré la demande d'un officiel du gouvernement soudanais pour limiter les armes des milices, les agences humanitaires ont déclaré que la situation n'a pas notablement changé.

29 juin 2004 22:16:00




xhtml CSS