Désaccord à Addis-Abeba sur la création d'un gouvernement africain

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) – Les leaders africai-ns ne sont pas arrivés à un accord sur la création d'un gouvernement continental proposée par la Libye, a déclaré mardi à Addis-Abeba l'ambassadeur angolais en Ethiopie et auprès de l'Union africaine (UA), Manuel Augusto.
Il a affirmé que cette question a fait l'objet de discussions houleuses au cours du second jour des travaux du huitième sommet ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA, notamment lors de l'examen d'un rapport du Conseil exécutif sur les propositions libyennes soutenues par certains pays.
Selon M.
Augusto, certains pays d'Afrique de l'Ouest et du Sahel rangés derrière la Libye, estiment que l'on peut déjà avancer dans le sens de la mise en oeuvre de ce projet alors que le bloc opposé, notamment des pays d'Afrique australe, soutiennent qu'il faut encore attendre.
"Nous sommes en train de chercher un consensus, mais c'est difficile", a déclaré Augusto, soulignant les efforts déployés de part et d'autre pour éviter une crise susceptible de diviser le continent sur ce sujet.
Il a indiqué que plusieurs délégations présentes s'accordent tout de même sur le fait que le "principe du gouvernement de l'Union est bon et accepté", estimant cependant qu'il "est nécessaire d'approfondir les études et laisser mûrir cette idée".
Le bloc opposé à cette initiative soutient que les gouvernements africains ne sont pas encore prêts à intégrer à court terme un exécutif continental unifié qui signifierait "l'aliénation d'une partie de leurs souverainetés", a ajouté Augusto.

30 janvier 2007 20:09:00




xhtml CSS