Des travailleurs humanitaires à nouveau menacés au Darfour

Nairobi- Kenya (PANA) -- Des hommes armés dans la région soudanaise du Darfour ont enlevé cinq travailleurs humanitaires internationaux, allongeant la liste des déconvenues dont font l'objet les travailleurs étrangers au Soudan depuis l'émission d'un mandat d'arrêt contre le président Omar Hassan el-Béchir, a déploré la Mission mixte des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD).
Ces travailleurs humanitaires ont été enlevés dans les bureaux de Médecins Sans Frontières/Belgique à Saraf Umra, à environ 230 km de la capitale régionale, El Fasher, dans le nord Darfour, précise la MINUAD.
La MINUAD, qui a condamné ces enlèvements, a indiqué que parmi les travailleurs kidnappés se trouvaient trois agents internationaux de l'ONG Aid et deux ressortissants soudanais qui ont été libérés par la suite.
"La MINUAD déplore cette action contre les travailleurs humanitaires qui sont dans la région pour aider la population du Darfour.
La MINUAD espère qu'ils seront bientôt libérés sains et saufs", a souligné un communiqué de la Mission.
Les trois travailleurs humanitaires ont été identifiés comme un médecin italien, une infirmière canadienne et un ressortissant français, responsable des opérations au bureau de Médecins Sans Frontières (MSF).
Le gouvernement soudanais a suspendu les activités de plusieurs Organisations non-gouvernementales, en les accusant de donner de fausses informations à la Cour pénale internationale (CPI), ce qui aurait conduit à la délivrance du mandat d'arrêt contre le président el-Béchir.
Ces enlèvements ont été perpétrés alors que la MINUAD a annoncé avoir renforcé sa surveillance des villages du Darfour en prévision des réactions hostiles.
Les forces de la MINUAD et la Police continuent à effectuer des patrouilles quotidiennes à travers la région, en particulier dans les camps de déplacés internes et les villages.
Au cours des dernières 24 heures, la MINUAD a annoncé que l'armée a effectué 24 patrouilles de renforcement de la confiance, 17 patrouilles d'escorte et huit patrouilles de nuit couvrant 45 villages/camps de déplacés.

13 mars 2009 09:45:00




xhtml CSS