Des soldats belges sur les bateaux pour en assurer la sécurité

Bruxelles- Belgique (PANA) -- La frégate "Louise Marie" des forces navales de la Belgique rejoindra le 1er septembre prochain la flotte de l'opération Atalante lancée par l'Union européenne dans l'océan Indien pour combattre la piraterie maritime, a annoncé, jeudi à Bruxelles, le ministre belge de la Défense, Pieter de Crem.
Lancée le 8 décembre dernier dans l'ocean Indien, l'opération Atalante de lutte contre la piraterie maritime est composée de plusieurs bateaux, avions de surveillance et hélicoptères ainsi que des dizaines de soldats spécialement entraînés.
Le gouvernement belge a l'intention de placer des soldats dans les bateaux de la marine marchande pour en assurer la sucurité, cela suite à accroissement des actes de piraterie maritime dans l'océan Indien.
Capturé depuis 4 semaines, le bateau de dragage belge "le Pompei", avec à son bord dix membres d'équipage, reste aux mains des pirates.
Réuni mercredi en conseil restreint, les ministres belges n'ont pas pu se mettre d'accord sur les conditions d'embarquer des soldats dans les bateaux pour en assurer la sécurité.
Les divergences portent notamment sur le financement de cette mesure, certains ministres soutenant qu'elle devait être entièrement prise en charge par l'Etat, d'autres, par contre, voudraient en faire payer le coût aux proriétaires des bateaux, les armateurs.
Selon les experts militaires, il faudrait au moins 8 soldats par bateau pour en assurer la sécurité, notamment pour procéder à l'arrestation des pirates.
Les experts proposent des dispositions "non létales", notamment des filets anti-pirates, des lasers aveuglants, des lances à eau, ou encore des barbelés autour des bateaux ou des sirènes assourdissantes.
La Belgique ne dispose pas encore de forces spéciales entraînées pour neutraliser les pirates en pleine mer.

30 avril 2009 11:44:00




xhtml CSS