Des politiques sensibles à l'égalité entre les sexes sont nécessaires pour améliorer la condition des femmes

Nairobi, Kenya (PANA) – Les pays d’Afrique de l’Est peuvent exploiter leurs politiques commerciales pour aider à l’autonomisation économique des femmes dans la région, grâce à des améliorations dans l’éducation, l’emploi et d’autres secteurs clés.

C’est ce que révèle une nouvelle étude publiée à Nairobi ce mercredi par les Nations unies et financée par les Pays-Bas par le biais de TradeMark East Africa.

Intitulée « Intégration régionale au sein de la Communauté d’Afrique de l’Est: Implications commerciales et pour l’égalité entre les sexes, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) analyse l’impact de l’intégration régionale au sein de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) sur le bien-être des femmes dans cinq des six pays de l’EAC.

La CNUCED a également publié un document de plaidoyer intitulé: « Promouvoir des prises de décisions favorables à l’égalité entre les sexes au sein de la Communauté d’Afrique de l’Est », qui fait des recommandations concrètes sur une meilleure orientation des politiques commerciales dans l’intérêt des femmes au sein du bloc commercial, sur la base des conclusions du rapport.

Intégrées à des objectifs spécifiques et à des indicateurs de surveillance, les recommandations de la CNUCED ciblent huit secteurs, en plus de l’éducation et de l’emploi.

Sont également ciblés l’accès aux ressources, le travail non rémunéré des femmes et le fardeau du travail ménager ainsi que la prise de décisions avec les politiques d’égalité entre hommes et femmes au niveau national et régional et la parité hommes-femmes dans la mise œuvre des politiques commerciales.

« Cette nouvelle analyse est une autre contribution de la CNUCED au débat sur la manière dont nous pouvons ensemble rendre les politiques commerciales plus sensibles à l’égalité entre les sexes et promouvoir une prospérité plus inclusive qui ne laisse personne sur le bord de la route », a déclaré le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi.

Le directeur général de TradeMark East Africa, Frank Matsaert, a déclaré: « Nous allons continuer à faciliter l’autonomisation des femmes en appuyant des solutions pratiques aux défis qui se posent aux femmes entrepreneurs engagées dans le commerce transfrontalier en Afrique de l’Est ».

Le rapport examine les problèmes que rencontrent les femmes dans le commerce dans cinq pays de l’EAC – Burundi, Kenya, Rwanda, République unie de Tanzanie et Ouganda – étant donné que le sixième Etat membre, à savoir le Soudan du Sud, n’a adhéré que récemment à l’organisation.

Il évalue l’impact de l’intégration régionale sur le bien-être des femmes, en se concentrant sur l’emploi des femmes.

Il souligne également l’importance de la mise en place de politiques pour redresser les inégalités entre hommes et femmes et s’assurer que les femmes bénéficient pleinement des échanges internationaux.

« Le travail analytique de ce rapport est assorti d’idées pratiques », a expliqué le Dr Kituyi.


Les recommandations portent principalement sur la réduction des inégalités entre les garçons et les filles dans l’enseignement secondaire et universitaire et la mise en place de programmes de développement des compétences pour permettre aux femmes d’avoir accès à des emplois dans les secteurs à forte valeur ajoutée.

Un mécanisme de crédit régional doit être mis en place pour soutenir les femmes entrepreneurs dans les pays de l’EAC, puisque les mécanismes nationaux se sont révélés insuffisants et ne sont pas uniformes.

Des clauses relatives à l’égalité hommes–femmes doivent être inclues dans tous les accords de libre-échange à venir dans la région. Les experts de la CNUCED ont recommandé la création d’une plate-forme régionale pour le partage des meilleures pratiques entre les pays membres de l’EAC.

Il doit y avoir un instrument de surveillance uniforme pour contrôler la mise en œuvre du projet de loi de l’EAC sur l’égalité hommes-femmes et le développement, un élément important de la législation régionale sur l’égalité entre les sexes.

L’EAC, qui compte 150 millions d’habitants, a été fondée en 2000 par le Kenya, la Tanzanie et l’Ouganda. Le Rwanda et le Burundi les ont rejoints en 2007 et le Soudan du Sud en 2016.

Le rapport de la CNUCED examine l’impact de l’intégration régionale et l’ouverture commerciale sur les modèles d’emploi des femmes.

La libéralisation tarifaire dans les marchés d’exportation de l’EAC a débouché sur une augmentation de la part de l’emploi féminin dans les entreprises manufacturières du Kenya, de la Tanzanie et de l’Ouganda.

Au Burundi, l’impact a été négatif sur les travailleuses. Les ouvrières de production – celles qui accomplissent des tâches simples de maintenance et de montage – en ont le plus bénéficié,  mais les conditions de travail des employées de bureau se sont peu améliorées.
-0- PANA DJ/MA/FJG/BEHIBA 09mai2018

09 مايو 2018 14:17:56




xhtml CSS