Des magistrats de la Haute Cour du Cap accusés de racisme

Le Cap- Afrique du Sud (PANA) -- Les autorités sud-africaines ont désigné une sous-commission pour enquêter sur des allégations de racisme au sein de la Haute Cour du Cap, a-t-on appris de sources judiciaires.
Ces allégations font suite à la remise par le président de la Division provinciale de la magistrature du Cap, John Hlope, d'un rapport portant sur des cas de racisme à la ministre de la Justice Brigitte Mabandla.
Il est reproché à un magistrat de race blanche d'avoir déclaré à des collègues noirs qu'ils étaient des êtres congénitalement corrompus.
"Les Noirs ont la corruption dans les gènes", aurait- il affirmé.
Le président de la Cour suprême du Cap, Arthur Chaskalon, a annoncé lundi qu'il avait demandé à la commission d'accorder toute la célérité requise à cette affaire et de saisir les tribunaux le plus rapidement possible.
D'autres allégations portent sur la forte opposition à la nomination de juges noirs, sur le fait que les magistrats noirs ayant commis des erreurs sont ridiculisés et que certains de leurs jugements erronés sont soulignés en rouge et distribués aux autres membres de la magistrature.
On rapporte en outre qu'il aurait été demandé aux juges noirs d'arrêter de parler le zoulou, que les Blancs excluent systématiquement les Noirs de leurs déjeuners de travail et qu'un avocat noir a été récusé par des magistrats blancs parce qu'il ne parlait pas l'afrikaans.
Le Conseil de la magistrature du Cap a réagi rapidement en réfutant ces allégations.
"La magistrature du Cap n'est certainement pas opposée à la nomination de juges noirs.
Non seulement nous avons soutenu des candidats noirs aptes par le passé, mais nous avons aussi invité les seniors noirs de notre Conseil à se présenter pour être nommés", souligne-t-il dans un communiqué publié au Cap.
Le porte-parole du Conseil, Owen Rogers, a déploré le fait que le président de la Division provinciale de la magistrature ait gardé pendant des années un catalogue croissant de plaintes concernant les membres de la magistrature du Cap au lieu de les soumettre au Conseil en temps opportun.
"Le but collectif des membres de la fraternité judiciaire du Cap occidental devrait être de transformer nos institutions pour le meilleur et non de construire des dossiers les uns contre les autres.
"Nous aurions préféré que le président s'engage de manière constructive avec nous dans le cadre de nos efforts pour amener cette transformation.
Nous l'avons régulièrement tenu informé de nos initiatives de transformation", a-t-il dit.
"Malgré la caractère décourageant d'un rapport tel que celui que le président a apparemment remis au ministre, nous persisterons dans notre engagement envers cette transformation et envers la justice.
Ces objectifs sont plus importants que les personnalités impliquées", a ajouté M.
Rogers.

15 février 2005 21:52:00




xhtml CSS