Des leaders appellent pour un leadership efficace en Afrique

Kampala- Ouganda (PANA) -- Les présidents Yoweri Museveni de l'Ouganda et Jakaya Kikwete de la Tanzanie ont déclaré lundi que le continent avait besoin d'un leadership stratégique pour lever les obstacles comme le paludisme et assurer la prospérité et le développement des peuples d'Afrique.
Dans un communiqué conjoint publié en marge du Sommet de l'Union africaine (UA) qui se tient à Kampala, les deux présidents ont demandé qu'il soit mis fin à la taxation de la lutte contre le paludisme et déclaré que la suppression de ces taxes pourrait bénéficier aussi bien aux soins de santé qu'aux entrepreneurs en Afrique.
"Plus que jamais, il faut à l'Afrique un leadership stratégique, une vision et du courage pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés.
Nous devons exploiter l'énorme potentiel, les opportunités et les ressources de l'Afrique pour le développement, la prospérité et le bien-être de ses populations", ont-ils déclaré.
Le paludisme entraîne une baisse de la productivité en Afrique de près de 200 millions de personnes chaque année, tout en faisant plus de 800.
000 victimes, pour la plupart des bébés et des mères.
Les présidents Museveni et Kikwete ont rappelé qu'au cours de la décennie écoulée, des efforts sans précédent ont été déployés pour faire reculer le paludisme, avec le soutien du Fonds mondial pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, de la Banque mondiale, des partenaires bilatéraux et des sources privées à travers le monde.
"Grâce à ce financement, un volume important de tests à diagnostic rapide, des médicaments essentiels et près de 350 millions de moustiquaires seront distribués en Afrique d'ici la fin de 2010.
D'autres efforts, comme la pulvérisation des maisons avec des insecticides, sont intensifiés dans le cadre d'une action globale contre la maladie", indique le communiqué.
L'Alliance des leaders africains contre le paludisme (ALMA), qui comprend 28 chefs d'Etat et qui est présidée par M.
Kikwete, a récemment lancé une initiative régionale pour faciliter l'acquisition à moindre coût de moustiquaires.
Il est prévu que cet effort, auquel l'ALMA collabore avec l'UNICEF, permettra d'accélérer la distribution de moustiquaires dans les pays qui en ont le plus besoin.
"Nous devons nous engager à surmonter les obstacles à la lutte contre le paludisme et au traitement de cette maladie et un des éléments clés de cette lutte est la suppression des taxes et des droits de douane", selon le communiqué qui déplore que la plupart des médicaments contre le paludisme sont actuellement produits hors d'Afrique.
"Quand les bateaux qui transportent les moustiquaires, les médicaments et autres produits essentiels arrivent dans les ports africains, leurs cargaisons font souvent l'objet de taxes et droits de douane qui absorbent des fonds précieux, réduisent le volume des produits sanitaires qui peuvent être achetés et entraînent des retards importants dans la distribution", ont fait remarquer les présidents.
Durant la session plénière de l'UA sur la santé maternelle et infantile en Afrique, M.
Kikwete a déclaré que le problème général au niveau du continent était le manque de ressources.
"Un soutien international est important pour l'Afrique pour sauver les vies de nombreuses mères et d'enfants qui meurent de causes évitables", a-t-il ajouté.
Ce lundi, les membres de l'ALMA devaient tenir leur troisième réunion pour élaborer des stratégies efficaces de lutte contre le paludisme et élire un nouveau président pour leur alliance.
M.
Kikwete occupe ce poste depuis la première réunion de l'ALMA en septembre 2009 à l'Assemblée Générale de l'ONU à New York.

26 juillet 2010 18:57:00




xhtml CSS