Des journalistes menacés pour avoir dénoncé l'emprisonnement de leurs collègues en Erythrée

New York, Etats-Unis (PANA) - Une journaliste basée en Suède a été menacée publiquement pour avoir réalisé un reportage sur le cas de Dawit Isaac, un journaliste suédo-érythréen emprisonné en Erythrée sans jugement depuis une décennie, indique un communiqué du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) reçu mardi par la PANA à New York.

Le communiqué ajoute que la veille à New York, les gardes du corps du président érythréen Isaias Afewerki ont poussé et menacé deux journalistes suédois qui tentaient de parler au président du cas d'Isaac.

Vendredi dernier, Meron Estefanos, un contributeur au site d'information de la diaspora érythréenne, Asmarino, a été pris à partie par Tedros Isaac, un frère du journaliste détenu dont le soutien à Afewerki est bien connu, après un forum public sur le cas de Dawit Isaac à la Foire du Livre de Gothenburg en Suède.

"Si vous me citez et écrivez sur la famille de Dawit Isaac encore une fois je vous coupe la gorge", a déclaré Tedros Isaac, dont les propos ont été repris par la Radio suédoise SR, en s'adressant à M. Stefanos.

Dans un éditorial publié en 2010 sur le site Asmarino, M. Estefanos a écrit sur les profondes divisions politiques qui ont scindé les familles érythréennes entre pro et anti-gouvernementaux.

Dans cet article, M. Estefanos avait opposé le soutien de Tedros Isaac au gouvernement ayant arrêté son frère à la campagne intensive pour la libération du journalistes menée par d'autres de ses frères.

Le journal suédois "Expressen" a rapporté vendredi que M. Estefanos avait fait une déclaration à la Police et cité Thomas Fuxborg, un policier local, qui a indiqué qu'un rapport d'enquête préliminaire été rédigé.

La confrontation entre les deux hommes a eu lieu à l'occasion du 10ème anniversaire de l'arrestation de M. Isaac le 23 septembre 2001.

Détenu dans le cadre d'une large répression du journalisme indépendant, il est détenu sans jugement depuis lors, avec seulement un bref contact avec sa famille en 2005, selon le CPJ.

M. Estefanos, qui s'est exprimé au forum de vendredi, est un des principaux activistes en Suède qui font campagne pour la libération d'Isaac et d'autres prisonniers politiques en Erythrée, selon le CPJ.

Au moins 17 journalistes sont actuellement détenus dans les prisons érythréennes.

Un communiqué de la Foire du Livre de Gothenburg et signé par les lauréats du Nobel, Mario Vargas Llosa et Herta Müller, ainsi que John Ralston Saul, président de PEN International, a appelé la Suède et l'Union européenne à faire pression sur l'Erythrée pour la libération d'Isaac.

Le CPJ indique que le gouvernement érythréen utilise des agents et mandataires pour intimider les journalistes érythréens exilés.
-0- PANA SEG/FJG/JSG/IBA 27sept2011

27 septembre 2011 09:02:31




xhtml CSS