Des journalistes du Somaliland arrêtés pour diffusion de "fausses nouvelles"

Nairobi, Kenya (PANA) - Les autorités du Somaliland doivent libérer immédiatement Ahmed Sa'ed et Abdirahaman Mohamed Ege, a estimé ce jeudi, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

La police a arrêté ces journalistes le 18 décembre après qu'ils ont été accusés de publication de fausses nouvelles sur le maire de Berbera, une ville portuaire de la région semi-autonome du Somaliland, selon Guleid Ahmed Jama, président du groupe de plaidoyer, Human Rights Center, et Yahye Mohamed, le directeur exécutif de l'Association des journalistes du Somaliland.

MM. Abirahman et Ahmed ont été arrêtés après la diffusion de reportages séparés alléguant tous deux que le maire, Abdishakur Mahmoud Hassan, a employé de manière abusive des biens publics, selon MM. Yahye et Guleid.

"Les autorités du Somaliland doivent libérer immédiatement Ahmed Sa'ed et Abdirahman Mohamed et autoriser les journalistes à faire leur travail sans craindre d'être arrêtés", a déclaré de Durban, en Afrique du Sud, Angela Quintal, coordonnatrice des programmes pour l'Afrique du CPJ.

"Le nouveau président du Somaliland, Muse Bihi Abdi, devrait profiter de cette occasion pour mettre fin à ces tentatives flagrantes d'intimider les journalistes et faire de la liberté de la presse une priorité de son administration".

Le maire de Berbera, Abdishakur Mahmoud Hassan, n'a pas répondu à un appel et à un sms que lui a envoyé le CPJ.

Suite à l'arrestation des journalistes, les autorités de Berera ont traduit M. Ahmed, qui travaille pour la télévision privée Saab, et M. Abdirahman, qui travaille pour une autre télé privée, Eryal, devant un tribunal local, qui les a placés en détention pour sept jours en attendant la progression de l'enquête, a déclaré M. Guleid au CPJ.

L'arrestation de MM. Abirahaman et Ahmed fait suite à celle le 05 décembre, d'Abdirisak Dayib Alil, après que le CPJ a publié son dernier rapport sur les prisons révélant  qu'à la date du 1er décembre, un journaliste somalien, Mohamed Adan Dirir, était emprisonné.

Le commissaire de police du Somaliland, Abdullahi Fadal Iman, n'a pas répondu aux appels et aux messages du CPJ sur ces affaires.

Joint mercredi, le récemment nommé ministre de l'Information, Abdurrahman Abdullahi Farah, a demandé au CPJ de le contacter. Le CPJ n'a pu parler au ministre; la connexion téléphonique était mauvaise et le porte-parole n'a pas immédiatement répondu à un message qui lui a été envoyé.
-0- PANA VAO/FJG/BEH/SOC 21déc2017

21 décembre 2017 17:46:57




xhtml CSS