Des détenus étrangers séropositifs remportent un procès contre l'Etat au Botswana

Gaborone, Botswana (PANA) - Un tribunal du Botswana a ordonné vendredi au gouvernement de procurer aux frais de l'Etat un traitement antirétroviral à des étrangers séropositifs emprisonnés dans ce pays.

Ce jugement a été rendu après que deux de ces étrangers et le Botswana Network on Ethics, Law and HIV/AIDS (BONELA) ont contesté la politique du gouvernement consistant à priver les détenus étrangers du traitement aux ARV.

"Cette décision de justice affirme que le gouvernement est tenu par la loi de procurer immédiatement un traitement anti-rétroviral aux détenus étrangers vivant avec le VIH. La cour a également affirmé qu'administrer ce traitement à tous les prisonniers qui en ont besoin était essentiel pour lutter efficacement contre le VIH", a déclaré Cindy Kelemi, directrice exécutive de BONELA.

Le tribunal a soutenu que refuser ce traitement aux prisonniers étrangers violait leurs droits constitutionnels et a rejeté l'argument du gouvernement selon lequel, il n'avait pas suffisamment de fonds pour administrer ce traitement aux détenus étrangers.

D'autre part, le Centre de règlement des litiges d'Afrique australe (SALC), qui soutenait les plaignants, s'est également félicité de cette décision du tribunal.

"Cette décision historique fixe clairement les obligations légales du Botswana, en ce qui concerne l'accès au traitement anti-rétroviral, mais elle confirme également que le gouvernement ne peut pas se contenter de déclarer qu'il est trop coûteux, mais qu'il doit également étayer cet argument, ce qu'il n'a pas fait en l'occurrence", a déclaré Priti Patel de la SALC.
-O- PANA DRW/SEG/FJG/JSG/IBA  22août2014

22 août 2014 11:40:37




xhtml CSS