Des députés somaliens se démarquent d'une réunion de l'ONU

Nairobi- Kenya (PANA) -- Les députés somaliens présents à Mogadiscio, ont rejeté une réunion convoquée par une agence spécialisée des Nations-unies et le président Abdullahi Yusuf pour sortir de l'impasse, la question du transfert du gouvernement somalien en exil.
    Le Bureau politique des Nations-unies pour la Somalie et le coprésident du Comité de coordination et de contrôle mixte (CMC), une coalition d'agences humanitaires travaillant en Somalie sous l'égide des Nations-unies, a annoncé mercredi à Nairobi, que les députés somaliens ont repoussé la réunion du comité qui visait à mettre fin à la querelle entre les députés et le gouvernement, au sujet du projet de transfert   "Le problème est que le président et des membres du gouvernement veulent transférer le gouvernement dans la ville qu'ils considèrent comme la plus sûre de la Somalie, jusqu'à ce que les factions rivales de Mogadiscio cèdent le pouvoir à une force de Police renforcée", a déclaré un officiel onusien, qui a préféré garder l'anonymat.
      "Nous reconnaissons les efforts de ces parlementaires qui se trouvent actuellement dans la capitale, mais estimons qu'il faut un dialogue national pour que tout le monde tombe d'accord.
Nous leur lançons à tous, un appel pour qu'ils viennent tenir ce dialogue à Nairobi", a-t-il dit, dans un entretien.
Mais les députés ont rejeté cet appel et promis de poursuivre leurs tentatives de pacifier Mogadiscio.
     "Le fait de nous rendre au Kenya compromettrait nos efforts pour pacifier Mogadiscio qui est l'endroit requis pour abriter le gouvernement somalien", a déclaré le député Omar Hashi Aden, porte-parole du groupe de 80 ministres et députés actuellement en Somalie.
M.
Aden a en outre souligné que les députés dont certains sont aussi des chefs de guerre, ont été surpris par cet appel qui a été également lancé par l'UNCMC.
     "Comment osent-ils interrompre un processus de pacification ? Nous avons été élus pour servir le peuple de Somalie et non pour rester à Nairobi.
Ni les officiels somaliens, ni les étrangers n'ont discuté avec nous de notre initiative, avant qu'ils ne nous proposent de quitter Mogadiscio et de retourner à Nairobi.
C'est une grosse erreur", a déploré M.
Aden.

28 avril 2005 10:31:00




xhtml CSS