Des communicateurs revisitent l'histoire de la salsa en Afrique

Dakar- Sénégal (PANA) -- Les communicateurs sénégalais Djibril Gaby Gaye et Massamba Diallo, ainsi que le directeur des Arts, Abdoulaye Racine Senghor, ont revisité mercredi à Dakar, l'histoire de la salsa au Sénégal et en Afrique, à travers une conférence sur le thème : "La musique salsa, des indépendances à nos jours".
Animant cette conférence en prélude au 15ème anniversaire de l'orchestre African Salsa de Pape Fall, dénommé "Grand bal du cinquantenaire des indépendances", les conférenciers ont révélé que l'introduction de la musique afro-cubaine au Sénégal date de 1920.
Selon Djibril Gaby Gaye, le Sénégal s'est distingué dans la propagation de ce genre musical parce qu'il est "une terre de convergence, un carrefour culturel".
"Pendant la seconde Guerre mondiale, Saint-Louis, la seule ville qui avait alors le statut de triple capitale, à savoir celle du Sénégal, de l'Afrique occidentale française et de la Mauritanie, a accueilli des soldats américains venus avec leur culture", a-t-il expliqué.
"A cette période déjà, il y avait au Sénégal de grands orchestres dans toutes les régions.
En 1920, quatre grands groupes dominaient le paysage, à savoir, La Sénégalaise basée sur l'île de Gorée (environ 3 km au large de Dakar), La Dakaroise, la Rufisquoise (30 km à l'est de Dakar) et la Saint-Louisienne (au nord du Sénégal).
En 1930, La Sénégalaise et La Dakaroise ont fusionné pour donner naissance à La Lyre africaine.
Puis, il y a eu Les Déménageurs, dans les années 50", a rappelé Djibril Gaby Gaye, avant d'ajouter que c'est en 1958 qu'a été créée la grande école de la musique sénégalaise, le Star Band de Dakar.
Selon M.
Gaye, "tous les salséros et la plupart des vedettes actuelles de la musique africaine, dont Youssou Ndour, le Gambien Laba Sosseh, premier disque d'or africain, et le Libérien Dexter Johson, entre autres, sont passés par l'orchestre du Star Band de Dakar".
Selon Massamba Diallo, "de 1950 à 1960, on a connu une décennie de pleine expansion de la musique sénégalaise malgré l'absence d'industries culturelles dignes de ce nom.
Cette décennie à vu l'émergence de grands musiciens de variétés qui jouaient la rumba, le boléro, la valse, entre autres".
"L'année 1957, avec l'arrivée du cha-cha-cha, a révélé de très bons musiciens.
La décennie 1960-70 a vu naître des célébrités.
En 1975, a été créée l'Association des musiciens du Sénégal (AMS) qui a organisé un grand concert à Dakar.
La décennie 1970-80 a été marquée par la présence de genres musicaux très variés tels que la salsa, le reggae et la soul, entre autres, et des groupes comme le Bembeya Jazz de Guinée, le Xalam du Sénégal et le Baobab", a souligné M.
Diallo, avant d'indiquer que des musiciens comme Pape Fall ont beaucoup marqué la vie de la musique au Sénégal et en Afrique.

07 juillet 2010 23:11:00




xhtml CSS