Des acteurs politiques et de la société civile centrafricains reçus à Brazzaville par Sassou Nguesso

Brazzaville, Congo (PANA) - Une délégation centrafricaine composée des représentants des partis politiques, de la société civile, du Conseil national de transition (Cnt), des ex-Séléka et des anti-Balaka, a été reçue mardi à Brazzaville par le chef de l’Etat congolais, médiateur international de la crise en République centrafricaine (Rca), Denis Sassou N’Guesso, en perspective de la formation du nouveau gouvernement centrafricain, a annoncé Radio-Congo.

Conduite par le président du Conseil national de transition (Cnt) centrafricain, Alexandre Ferdinand N’Guedet, cette délégation regroupe les délégués des parties signataires des accords de cessation des hostilités de Brazzaville conclus le 23 juillet dernier à l’issue d’un forum sur le dialogue et la concertation en Rca.

‘’Depuis le dernier forum qui a eu lieu à Brazzaville, nous avons décidé de porter un recadrage au niveau de la transition, notamment au niveau de l’exécutif. C’est en cela que nous avons obtenu la démission de l’ancien Premier ministre, André Nzapayeké. Après la démission de l’ancien Premier ministre, un autre compatriote a été nommé au poste de Premier ministre’’, a indiqué M. N’Guendet.

‘’Malheureusement, il y a eu absence de concertation et de consensus autour du monsieur qui venait d’être nommé. Certaines entités qui ont signé des accords de cessation des hostilités ont décidé de revoir leur décision, et je parle de l’ex-coalition Séléka qui a décidé de reconsidérer la décision prise en faveur de la cessation des hostilités en Rca’’, a-t-il ajouté.

Selon le président du Cnt centrafricain, il n’y a pas eu de consensus sur la nomination du nouveau Premier ministre, Mahamat Kamoun, qui a remplacé André Nzapayéké, démissionnaire à la suite des travaux du forum de Brazzaville.

Il a expliqué que certains hommes politiques centrafricains avaient jugé opportun de rencontrer le médiateur international pour ‘’le consensus autour d’un Premier ministre qui peut avoir, non seulement la confiance du peuple centrafricain, mais aussi de la communauté internationale qui nous accompagne depuis le début de cette crise’’.

Le président du Cnt centrafricain a par ailleurs proposé de surseoir à la mise en place du gouvernement pour obtenir un consensus autour du Premier ministre en vue de pouvoir permettre au pays de retrouver la voie de la quiétude.

‘’Dans la situation actuelle, il n’y a pas de triomphalisme. On ne peut pas parler de vainqueurs ni des perdants. Il faut privilégier la concertation, le dialogue. C’est pourquoi, il serait important de surseoir à la mise en place du gouvernement et dégager un consensus. Il faut faire des sacrifices pour que le peuple centrafricain puisse vraiment avoir la sérénité’’, a-t-il fait savoir.

-0- PANA MB/BEH/SOC  19 août 2014

19 août 2014 21:37:51




xhtml CSS