Démission du ministre de l'Economie et des Finances

Bangui- Centrafrique (PANA) -- Le ministre de l'Economie et des Finances de la République centrafricaine, M.
Jean-Pierre Lebouder (63 ans), a remis, le 9 août dernier, sa lettre de démission au général François Bozizé, a-t-on appris jeudi à Bangui, de sources dignes de foi.
M.
Lebouder a informé jeudi ses collaborateurs, au cours d'une séance de travail, que sa démission prendra effet le 15 août prochain, date à laquelle il compte procéder à la passation de service.
Les mêmes sources précisent, par ailleurs, qu'une première lettre de démission aurait été remise au chef de l'Etat, il y a déjà un mois et demi.
Selon des sources concordantes, les raisons de cette démission seraient liées aux implications de M.
Médard Bemba, conseiller financier du général Bozizé, dans une affaire de blanchiment d'argent sale et la construction du siège de la Confédération africaine de la soie, dont le secrétaire général, Simon Sélébangué, aurait tenté d'obtenir des avances du Trésor centrafricain pour le démarrage des travaux.
Le ministre des Finances dépose une lettre de démission, au moment où le chef de l'Etat, François Bozizé, entame une tournée en France, pour le 60ème anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale, et en République populaire de Chine.
M.
Lebouder, indique-t-on, a été appelé au gouvernement en décembre 2003 pour permettre à la République Centrafricaine de renouer avec les institutions financières internationales.
Il quitte ses fonctions après avoir obtenu de celles-ci une aide post-conflit et un découvert exceptionnel de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), d'un montant de 14 milliards FCFA.
A ce titre, la Banque des Etats de l'Afrique centrale versera cette somme en 7 mensualités pour faciliter le paiement régulier des salaires aux agents de l'Etat, estimés à environ 3,5 milliards par mois.
Le ministre Lebouder claque la porte alors que le collectif des syndicats des régies financières, qui tient une assemblée générale le 14 août, s'apprête à envoyer un préavis de grève au gouvernement.
Ces travailleurs réclament, entre autres, le déblocage des quote- part (primes sur les pénalités infligées aux mauvais contribuables), gelées depuis le 2ème trimestre 2003, ainsi que la dotation en moyens roulants et fournitures de bureau.
Après une première grogne en avril dernier, cette nouvelle fronde dans les régies financières, rappelle-t-on, a conduit le général Bozizé à tenir, en moins d'un mois, quatre réunions dites de trésorerie, au cours desquelles Jean-Pierre Lebouder fut sommé de tout mettre en oeuvre pour calmer ses agents.
De leur côté, les opérateurs économiques n'ont pas vu d'un bon oeil le gel de la dette intérieure par l'ancien fonctionnaire du Fonds monétaire international.
Ce départ, qui semble arranger tout le monde, pourrait contraindre le chef de l'Etat à procéder à un remaniement du gouvernement annoncé depuis des mois par la presse centrafricaine.

13 Agosto 2004 23:42:00




xhtml CSS