Démarrage du Sommet Afrique-Japon à Nairobi

Nairobi, Kenya (PANA) – Les leaders africains se sont joints au Premier ministre japonais, Shinzo Abe, pour démarrer ce samedi  à  Nairobi les travaux de la Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l'Afrique (Tokyo International Conference on African Development - TICAD) qui se tient pour la première fois en Afrique pour discuter des obstacles qui freinent la croissance des Etats.

Le Premier ministre japonais est arrivé à Nairobi à la tête d'une délégation forte de 1.000 hommes d'affaires japonais, représentant 75 des plus grandes sociétés japonaises en Afrique, pour explorer les opportunités d'investissement dans un contexte où les leaders africains affirment que le Japon tire plus de profits et investit peu dans le continent.

“Nous opérons actuellement dans les domaines du développement et des investissements et nous recherchons des opportunités d'investissement en Afrique”, a déclaré Takashi Yao,  Chef des opérations au niveau régional pour l'Afrique et par ailleurs directeur général de la filiale de la société bancaire japonaise Marubeni Corporation à  Johannesbourg.

Les investisseurs africains participant au sommet avaient auparavant exhorté le Japon à renforcer ses relations avec l'Afrique et avaient affirmé que le Japon tirait plus de profits de ses opportunités d'affaires en Afrique, à travers la vente de ses matériels électroniques, de ses voitures et de la machinerie lourde, mais il réinvestissait beaucoup moins”.

“Nous attendons un véritable échange d'idées, un échange sincère”, a déclaré le président kényan, Uhuru Kenyatta, qui s'adressait à un groupe d'investisseurs japonais qui participaient à une session initiée par la Banque mondiale, pour examiner le rôle du secteur privé dans les discussions portant sur la transformation économique de l'Afrique.

Erastus Mwencha, vice-président de la Commission de l'Union africaine, estime que le secteur privé en Afrique a contribué  à hauteur de 70% à la création d'emplois, 70% aux investissements et 70% au produit national brut.

M. Mwencha a indiqué que la perception japonaise de l'Afrique comme une destination  à risques pour les investissements, devrait changer, précisant que les produits venant du Japon sont très populaires en Afrique, mais les investisseurs japonais se détournent du continent”.

Les leaders africains ont demandé à la partie japonaise d’accroître son niveau d'engagement  politique, économique et social avec l'Union africaine, à l'instar du président en exercice de l'UA, le Tchadien Idris Deby, co-président du sommet avec le Premier ministre japonais, qui a exhorté la partie japonaise à assurer l'application du principe de responsabilité dans la coopération entre deux pays.
-0- PANA AO/MA/ASA/SSB/SOC 27août2016

27 août 2016 20:37:56




xhtml CSS