Décès de Madiba : Le Mali, hôte de Madiba en 1962 et 1996

Bamako, Mali (PANA) - Dans le cadre du périple qu'il avait  entrepris à travers l'Afrique, à la tête d'une délégation de l'ANC en 1962, pour solliciter le soutien des Etats africains au Congrès national africain (ANC), ainsi que des mesures politiques et économiques contre le gouvernement raciste de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela s'était rendu pour la première foisau Mali.

A Bamako, il avait rencontré le premier président du Mali d'alors, Modibo Keïta (1960-1968), à qui il avait exposé  la situation tragique, inacceptable dans laquelle vivait l’Afrique du Sud.

Plus tard en 1996, après sa libération de la prison et sa victoire au premières élections démocratiques en Afrique du Sud,  Nelson Mandela est retourné au Mali où il a effectué du 2 au 4 mars 1996, une visite officielle.

Accueilli à l’aéroport international de Bamako Senou, par Alpha Oumar Konaré, à l'époque  président de la République malienne,  et son  Premier ministre, Ibrahim Boubacar Kéita (aujourd’hui président de la République du Mali), Nelson Mandela a eu droit à l'accueil délirant d'une foule enthousiaste, qui tenait à  voir et même toucher l'îcone africaine sur son parcours, de l’aéroport au palais présidentiel de Koulouba, long d’une vingtaine de kilomètres.

Expliquant les raisons de sa visite au Mali, Nelson Mandela a indiqué qu’il est venu remercier le peuple malien pour son soutien sans failles au peuple sud-africain qui a souffert de la politique de l’apartheid imposée par le régime raciste de l’époque.

La visite a été marquée par le discours prononcé par « Madiba », comme l’appelle affectueusement ses compatriotes Au parlement malien, alors dirigé par le professeur Ali Nouhoum Diallo,  le président Mandela avait dit que l’avènement de la démocratie en Afrique du Sud et les relations entre les peuples avaient scellé un partenariat entre l’Afrique du Sud et le reste de l’Afrique, notant au passage que le Mali était un exemple de démocratie sur le continent.

Il a assuré les députés que son pays travaillera avec le Mali, car dit-il, le développement socio- économique de l’Afrique du Sud est  tributaire de celui du reste du monde. ‘‘Le renouveau du continent requiert  paix, stabilité et Gouvernance démocratique’’ avait-il insisté avant d’annoncer que l’Afrique du Sud allait soutenir les efforts de l’OUA (aujourd’hui  UA) dans le cadre du maintien et de la préservation de la Paix.

Pour concrétiser les relations de partenariat entre l'Afrique du Sud et le Mali, Mandela à la tête d’une forte délégation  a rencontré des opérateurs économiques maliens, en vue de renforcer les liens économiques et commerciaux entre les deux pays.

Au cours de ses visites, Mandela et sa délégation s'étaient rendus dans  un centre de déficients mentaux, dans un quartier de Bamako, à une école qui porte encore  son nom dans le quartier hippodrome (est de Bamako) où une rue porte également son nom.

« J’emporte avec moi l’impression que ce pays est dirigé par un président qui poursuit l’œuvre  de Modibo Keïta", avait confié Mandela, qui a ajouté : ‘‘ je suis heureux de constater qu’au Mali, comme au Ghana, il se trouve des dirigeants qui font revivre la mémoire des véritables libérateurs  de l’Afrique’’.

Il sera  élevé par le président Konaré, au rang de Grand officier de l’Ordre national du Mali, la plus haute distinction du pays,  lors d’un dîner organisé en son honneur.
-0– PANA GT/SSB  9 décembre 2013
        
  

09 décembre 2013 18:09:55




xhtml CSS