Décès de Madiba : Hommage unanime de la classe politique française

Paris, France (PANA) – La classe politique française a rendu vendredi un hommage unanime à Nelson Rolihlahla  Mandela, l’ancien président sud-africain décédé jeudi soir à son domicile de Johannesburg, à la suite d'une longue maladie.

Le président français, François Hollande, lui a rendu vendredi un vibrant hommage à l’ouverture du sommet pour la sécurité et le développement en Afrique, en affirmant que le destin a voulu que l’Afrique soit réunie, ici à Paris, dans un sommet sur la paix et la sécurité, au lendemain de la mort de Nelson Mandela. « C’est un symbole et, en même temps, une exigence de responsabilité », a-t-il dit.

« La France exprime sa solidarité à l’ensemble des Africains ici représentés par les chefs d’Etat, les chefs de gouvernement et ministres. La France retient, en cet instant même, le message d’espoir pour tous les peuples du monde que Mandela a porté. Ce message, il nous oblige, et la France fera à sa place, tout ce qu’il faut pour en être digne. Mais aujourd’hui, c’est Nelson Mandela qui préside les travaux de ce sommet », a déclaré François Hollande.

Une minute de silence, sur fond de la voix de Nelson Mandela prononçant un discours,  a été observée par les 53 délégations qui participent à ce sommet.

« Nelson Mandela a changé bien plus que l’Afrique du Sud. Il a accéléré le cours du monde. Il était armé de ses seuls principes et d’une inaltérable volonté. Il aura réussi à emporter tous les combats qu’il a menés et engagés », a ajouté Hollande.

Pour le Premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, « au-delà de l’Afrique du Sud, c'est le monde qui perd aujourd’hui son plus grand combattant contre le racisme, et une figure universelle de l’égalité et de la fraternité. »

Le président de l’Union pour un mouvement populaire (UMP), Jean-François Copé, a affirmé pour sa part qu’« aujourd'hui, c'est une figure légendaire du XXème siècle qui nous quitte. Le monde perd un géant de l'Histoire, une des plus belles figures de l'humanité. Nelson Mandela était un homme d'exception qui aura mis toute son intelligence et tout son charisme au service des valeurs les plus nobles: la liberté, l'égalité, la tolérance.»

Du Premier ministre actuel, Jean-Marc Ayrault, aux anciens PM Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé, François Fillon et Laurent Fabius, actuel ministre des Affaires étrangères, en passant par les président de l’Assemblée nationale et du Sénat, ainsi que les grandes figures de la scène politique française, comme Jean-Louis Borloo, Jack Lang, Ségolène Royal, Martine Aubry et d’autres, tous ont vanté le charisme et l'exceptionnel héritage de Mandela.

Les funérailles d'Etat de Nelson Mandela auront lieu à Qunu, son village natal, le 15 décembre, selon la présidence sud-africaine. Le 10 décembre, une cérémonie nationale d'hommage se déroulera au stade de Soweto et sa dépouille sera exposée au siège de la présidence à Pretoria, du 11 au 13 décembre.

Rolihlahla Mandela, dont le nom tribal est Madiba, dirigeant historique de la lute anti-apartheid, est né le 18 juillet 1918 dans le village de Mvezo, dans le district d'Umtata.

Après vingt-sept années d'emprisonnement, Mandela est libéré le 11 février 1990  et devient président de l’Afrique du sud de 1994 à 1999, à l’issu des premières élections post-apartheid.

En 1993, il reçoit le Prix Nobel de la Paix avec son prédécesseur, Frederik de Klerk, pour avoir mis fin pacifiquement  à l’apartheid.
-0- PANA  BM/SSB/IBA 06décembre2013

06 décembre 2013 18:06:51




xhtml CSS