Début du procès des membres de la PAGAD au Cap

Le Cap- Afrique du Sud (PANA) -- La tension était vive mercredi au Cap au moment où le procès de trois responsables du groupe d'Auto-défense du peuple contre les gangs et la drogue (PAGAD) s'ouvrait devant le Tribunal de Grande Instance.
Ebrahim Jeneker et les frères Abdullah et Ismail Maansdorp doivent répondre de 9 charges de meurtres, de 10 tentatives de meurtres, de 23 cas de vols, de 3 vols qualifiés et de 8 actes de vandalisme.
Ils sont également accusés d'effraction avec l'intention de voler, de quatre kidnappings et d'une aggression dans le but d'infliger des coups et blessures graves.
Les accusés doivent également répondre de 42 charges de possession illégale d'armes à feu et de munitions, de 9 charges de menace illégale avec une arme à feu, de 26 charges de possession illégale d'armes à feu et de munitions et de la possession illégale d'explosifs.
Ce procès est l'affaire la plus importante qui met en cause la PAGAD depuis les accusations portées contre elle par la police pour terrorisme urbain dans la province du Cap occidental.
Plusieurs attentats à la bombe et des meurtres sauvages avaient été reprochés à la PAGAD, même si le groupe avait nié toute implication.
Un nombre important de supporters de la PAGAD ont assisté au début du procès où on notait une forte présence policière à l'extérieur du tribunal.
Depuis le début des investigations lancées deux ans avant, deux témoins ont été asssassinés, tandis que l'officier chargé de l'enquête a été tué dans une embuscade.
La PAGAD avait aussi été soupçonnée d'avoir formé des plans pour assassiner des magistrats ainsi que des témoins qui devaient comparaître au cours de ce procès criminel.
Tous les magistrats, notamment le Juge Deon Van Zyl qui préside le tribunal, bénéficient maintenant d'une protection permanente.
Jeneker et les frères Maansdorp ont plaidé non coupables à l'ouverture du procès qui se poursuit jeudi.

02 Maio 2001 18:58:00




xhtml CSS