Début à Rabat d'une réunion du Conseil exécutif de la CEN-SAD

Rabat, Maroc (PANA) - Le Conseil exécutif de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) a entamé, lundi à Rabat, une réunion extraordinaire au cours de laquelle les participants examinent plusieurs questions, en particulier la sécurité et la stabilité dans la région, a-t-on appris dans la capitale chérifienne.

Il s’agit de la première réunion du Conseil exécutif de la CEN-SAD depuis la chute des régimes du président tunisien Ben Ali et du leader libyen, le colonel Mouammar Kadhafi.

La question de la sécurité et la stabilité occupe une place prépondérante dans l'agenda de la CEN-SAD qui a élaboré deux projets d'accord, l'un sur la coopération sécuritaire et le second relatif au mécanisme de prévention, de gestion et de règlement de conflits, précise-t-on de même source.

"Dans cette zone, marquée par l'instabilité politique et la fragilité économique, la CEN-SAD a multiplié, depuis le sommet de Ouagadougou en 2005, les initiatives visant à mettre en place des structures à même de venir en aide aux secteurs stratégiques, à l'image de l'agriculture, des finances et le transport.

Selon le ministre marocain des Affaires étrangères, Saad Dine El Otmani, son pays est "bien placé pour jouer un rôle d'avant-garde au sein de cette organisation, en capitalisant sur les liens étroits tissés avec les pays membres et sur sa présence constante et résolue dans le continent".

Le Maroc se prononce pour la promotion du rôle et des outils d'action de la CEN-SAD de sorte à ce qu'elle soit capable d'apporter des réponses efficaces aux différentes situations et aux "graves dérives sécuritaires" dans la région, a affirmé le chef de la diplomatie marocaine, lors de la séance d’ouverture de la réunion du Conseil exécutif.

"Notre communauté est appelée aujourd'hui à ouvrir la voie à l'émergence d'une organisation forte et moderne capable de trouver des solutions adaptées pour la région en proie à de graves dérives sécuritaires mettant en péril l'ensemble de l'espace sahélo-saharien", a-t-il estimé.

Le ministre a, en outre, mis en garde contre la prolifération des réseaux criminels et terroristes transfrontaliers et les trafics illicites d'armes et de drogue avec leur corollaire d'insécurité et d'instabilité.

"Les évènements survenus dernièrement dans la région, a-t-il précisé, ont accentué les risques d'instabilité dans la région du Sahel, notamment au Mali où des groupes terroristes ont réussi à prendre le contrôle d'une vaste zone géographique.

Dans ce sens, il a estimé "insuffisantes" les initiatives lancées jusqu'ici pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé. "Ces mesures sont aujourd'hui dépassées par les évènements", a regretté M. El Otmani qui a appelé les pays membres à agir de concert pour assurer la stabilité régionale qui demeure "une condition sine qua none pour le développement durable" et mobiliser dans un élan de solidarité toutes les énergies.

Le Conseil exécutif de la CEN-SAD a entamé les travaux de sa session extraordinaire, après deux jours de préparatifs dominés par la réorientation des objectifs de l'organisation sous-régionale.

Les discussions de cette réunion de deux jours porteront notamment sur la refonte de la CEN-SAD et des moyens de sa réorganisation pour faire face aux nouveaux défis.

La CEN-SAD est une organisation régionale regroupant 28 Etats africains, créée le 4 février 1998 à Tripoli (Libye), à l'issue du sommet réunissant les chefs d'Etat de la Libye, du Mali, du Niger, du Soudan et du Tchad. Ce groupement régional a également pour objectif l'établissement d'une zone de libre-échange.

La présidence de l'organisation est assurée par le Tchad qui en avait accueilli la dernière session en 2010.

-0- PANA HBK/TBM/IBA 11juin2012

11 june 2012 17:25:02




xhtml CSS