De nouvelles approches de la prévention des conflits peuvent sauver des vies et des fonds (Rapport)

Washington, Etats-unis (PANA) - La prévention des conflits violents permet de sauver des vies et des revenus - jusqu'à 70 milliards de dollars américains par an en moyenne, selon une étude publiée jeudi par la Banque mondiale et les Nations unies.

La nouvelle étude intitulée «Les Chemins vers la Paix: Approches inclusives pour prévenir les conflits violents», premier rapport sur la prévention des conflits élaboré conjointement par la Banque mondiale et les Nations unies, indique que le monde doit recentrer son attention sur la prévention de la violence comme moyen d'atteindre la paix.

La clé est d'identifier les risques dès le début et de travailler en étroite collaboration avec les gouvernements pour améliorer la réponse à ces risques et renforcer l'inclusion, ont-elles noté.

"Il est de plus en plus clair que les conflits violents sont l'un des plus grands obstacles à l'éradication de la pauvreté", a déclaré le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. "Les conflits ont un impact sur un nombre croissant de personnes à l'intérieur des pays, mais ils ne se limitent pas aux frontières nationales et leurs effets d'entraînement peuvent mettre en péril des régions entières et présenter des risques dans le monde entier. La prévention des conflits violents est l'un des défis de développement les plus critiques de notre temps, qui nécessite plus de ressources, des approches novatrices et une collaboration accrue entre les partenaires internationaux ".

Depuis 2005, les décès liés aux combats ont été multipliés par dix, atteignant leur plus haut niveau en 2015. Entre 2010 et 2016 seulement, le nombre de morts civiles dans les conflits violents a doublé. Le conflit violent a également forcé les gens à quitter chez eux en nombre important.

Aujourd'hui, on estime à 65,6 millions le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays ou réfugiées, avec les enfants représentant plus de la moitié de la population des réfugiés dans le monde.

On estime que les conflits violents pourraient coûter jusqu'à 13,6 billions de dollars américains par an à l'échelle mondiale, soit l'équivalent de 13,3% du Produit intérieur brut (Pib) mondial. La récupération après un conflit peut prendre des générations.

Le rapport démontre que la prévention est rentable et met en évidence trois scénarios d'économies de coûts allant de cinq milliards à près de 70 milliards de dollars par an.

Actuellement, les dépenses consacrées à la prévention ne représentent qu'une fraction des dépenses consacrées à la réponse aux crises et aux efforts de reconstruction. Une évolution vers des investissements dans le développement inclusif et durable, ainsi que le renforcement des efforts diplomatiques et de sécurité et la lutte contre l'inégalité et l'exclusion qui conduit souvent à des conflits, pourraient réduire considérablement les coûts, selon le rapport.

Les conflits violents sont aujourd'hui une cause majeure de pauvreté - d'ici à 2030, plus de la moitié des pauvres du monde vivront dans des pays touchés par des niveaux élevés de violence.

Cependant, le rapport a souligné que des conflits se produisent dans les pays à revenu faible et intermédiaire, et que les revenus et la richesse ne garantissent pas la violence. Il a donc offert aux pays à divers niveaux de revenus un ensemble de recommandations politiques et des mesures spécifiques que ces acteurs et d'autres peuvent prendre pour résoudre les conflits sans violence.

Ceux-ci incluent: aborder les risques tôt, avant que les griefs ne s'installent; favoriser la participation des femmes et des jeunes; et passer à des politiques plus inclusives qui garantissent un accès plus équitable aux ressources naturelles, aux services de base, à la sécurité et à la Justice.

L'étude a constaté que les pays les plus performants mobilisent une coalition de la société civile, des groupes de femmes, de la communauté confessionnelle et du secteur privé pour inciter à la paix et gérer les tensions. Ils entreprennent également des réformes pour renforcer les fondements et l'inclusivité de leurs institutions.

Le rapport a appelé à un examen urgent des incitations que les acteurs nationaux, locaux et internationaux doivent agir tôt et en collaboration pour construire et maintenir la paix, notant que la prévention des conflits violents ne peut être réalisée que par le plein partenariat des acteurs locaux, de développement, de la diplomatie et de la sécurité.
-0- PANA AR/VAO/MTA/BEH/IBA 01mars2018

01 mars 2018 16:47:19




xhtml CSS