De nouveaux combats éclatent au Darfour

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Un nouveau soulèvement armé a éclaté dans la région de Jabel Marra, au sud du Darfour, plusieurs semaines après que les mouvements rebelles de la région ont convergé à Doha, au Qatar, pour des discussions sur les moyens de mettre fin à des années de combat dans la province de l'Ouest du Soudan, a-t-on appris de source officielle à Addis-Abeba.
Les combats entre le Mouvement pour la libération du Soudan (SLM, dirigé par le chef rebelle basé à Paris, Abdulwahed Nur) et un groupe de rebelles appuyé par le gouvernement dans la région montagneuse de Jabel Marra, ont entraîné la mort de plusieurs civils.
Selon "Sudan Tribune", le chef du SLM, Abdul Wahed, a affirmé que ses forces ont repoussé la tentative du gouvernement de reprendre des positions occupées par les rebelles à Jabel Marra.
Il a soutenu que ses combattants ont repoussé l'attaque, tuant près de 64 soldats et estimé que l'attaque était destinée à forcer sa faction à participer aux négociations de paix en cours à Doha.
La mission conjointe Union africaine/Nations unies au Darfour (UNAMID) a indiqué mardi qu'elle avait renforcé sa présence sécuritaire dans la zone.
L'UNAMID a affirmé que les combats se déroulent principalement à Jabel Marra au sud du Darfour et à Jabel Moon, à l'ouest du Darfour.
Les derniers combats dans la région ont déplacé plusieurs civils, a indiqué l'UNAMID dans un communiqué envoyé à la PANA mardi.
Les mouvements rebelles du Darfour, qui se réunissent à Doha, tentent de respecter la date limite de mars à l'issue de laquelle un accord doit être conclu, en prélude aux élections présidentielles prévues pour avril 2010.
L'UNAMID a souligné que ses forces de maintien de la paix étaient en train de renforcer leur présence sécuritaire dans la région et tout autour pour prévenir une escalade ultérieure de la violence.
La mission collabore également avec des agences humanitaires pour faire face aux besoins humanitaires des personnes récemment déplacées.
On estime que les derniers combats dans la région ont causé le déplacement de plus de 20.
000 personnes.

16 février 2010 14:44:00




xhtml CSS