De nombreux spécialistes attendus à la conférence sur les "Aguda"

Porto Novo- Bénin (PANA) -- Plus de cent chercheurs, hommes de culture, décideurs politiques et responsables de fondation prendront part à la conférence internationale sur les "Aguda" (descendants d'anciens esclaves), prévue du 26 au 20 novembre à Porto-Novo.
Selon M.
Alain Godonou, directeur de l'Ecole du patrimoine africain (EPA, structure organisatrice), la rencontre se tiendra sous le thème: "Aguda: aspects du patrimoine afro-brésilien dans le golfe du Bénin".
Les "Aguda", signale-t-on, sont installés en majorité à Ouidah, un ancien comptoir d'esclaves.
La conférence de Porto-Novo vise à faire le point sur les recherches récentes au sujet de la diaspora noire des deux côtés de l'Atlantique, à réfléchir sur le patrimoine afro-brésilien et à identifier les leviers en vue de sa sauvegarde et de sa promotion.
Elle permettra aussi de déboucher des programmes de recherche transatlantique et de tourisme culturel axés sur le patrimoine afro-brésilien.
Deux volets composent cette manifestation, un colloque qui rassemblera une cinquantaine de communications présentées par des chercheurs africains, américains, brésiliens et européens et une exposition portant sur le thème: "Aguda: itinéraires et identités".
L'exposition, montée grâce à l'implication de la communauté Aguda du Bénin qui a prêté des objets familiaux, devrai attirer un grand nombre de visiteurs, tandis que se dérouleront des causeries, ainsi que des ateliers pédagogiques et de démonstration sur les différentes facettes de l'art afro- brésilien.
Cette rencontre culturelle permettra aussi, selon ses organisateurs, de mieux connaître et lancer la biographie de Mahommah Gardo Baquaqua, un ancien captif originaire de Djougou (nord du pays).

16 novembre 2001 22:11:00




xhtml CSS