De fortes mesures contre la fièvre Ebola en Guinée

Conakry, Guinée (PANA) - Dix-huit des vingt-deux personnes hospitalisées actuellement dans les centres de traitement en Guinée ont été reconnues porteuses du virus de la fièvre hémorragique Ebola, a-ton appris ce mercredi auprès de la coordination nationale de lutte contre Ebola créée depuis plus d’un an à la suite de la découverte de la maladie.

Le gouvernement avait pris de nombreuses mesures allant dans le sens de l’éradication de la maladie, mais celles-ci ont buté contre l’intransigeance des populations en plusieurs endroits du pays où il était interdit aux équipes médicales de s’implanter.

Les foyers de résistance de la fièvre Ebola, précise Dr Sakoba Kéïta, chef de la coordination de lutte contre la maladie, restent Conakry, la capitale, et des localités de la Basse Guinée où souvent de violents conflits ont opposé les populations locales, qui affirment ne pas croire en l’existence de la fièvre Ebola, aux agents médicaux déployés sur le terrain.

Les activités de cerclage dans plusieurs localités, ainsi que l’adhésion des jeunes à la lutte contre Ebola ont contribué largement à diminuer les nouvelles contaminations, a ajouté le patron de la cellule de coordination.

Déterminé à éradiquer la fièvre Ebola qui a fait plus de 2.000 décès parmi    quelque 3.000 cas notifiés, le gouvernement a consenti à distribuer des vivres et de l’argent en faveur des familles suspectes ou atteintes pendant la période des 21 jours d’incubation.

La Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, tous affectés par la fièvre Ebola qui y a fait plus de 10.000 victimes, selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms), ont multiplié les rencontres récemment dans le cadre de l’Union du fleuve Mano, entité commune aux trois pays, en vue de prendre des décisions communes dans la perspective d’éradiquer Ebola.

C’est dans ce cadre que le Président Alpha Condé a quitté mardi soir Conakry pour New York, où en compagnie de ses homologues, Dr Ernest Baï Koroma de Sierra Leone et Hellen Johnson  Sirleaf du Liberia, il va rencontrer les bailleurs de fonds et les  partenaires au développement pour discuter des voies et moyens de la relance de l’économie des trois pays, estimée à une enveloppe de huit milliards de dollars américains.

Les autorités sanitaires nationales ont récemment pris des mesures qui restreignent les entrées des deux principaux hôpitaux de la capitale, notamment Donka et Ignace Deen, où le nombre des agents de sécurité a sensiblement été revu à la hausse.

-0- PANA AC/BEH/SOC      08 juil 2015

08 juillet 2015 19:09:57




xhtml CSS