Darfour: Guéhenno redoute le retard du déploiement de la Force ONU/UA

New York- Etats-Unis (PANA) -- Le déploiement de la force hybride ONU/Union africaine dans la région du Darfour, au Soudan, pourrait être retardé, les Etats membres n'ayant pas mis à sa disposition des moyens de transport terrestres et aériens adéquats, a estimé, jeudi à New York, un haut responsable des Nations unies.
S'adressant à la presse à l'issue d'un briefing au Conseil de sécurité sur les plans de déploiement de cette force, le sous- Secrétaire général en charge des Opérations de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno, a déclaré qu'une réticence du gouvernement soudanais à autoriser la présence d'unités non-africaines pourrait également conduire à un échec de la mission de cette force.
"Si l'opération hybride ONU/UA, connue sous le nom de UNAMID, ne dispose pas des prérogatives nécessaires pour intervenir dans les zones difficiles d'ici le début de l'année prochaine, période où elle devra prendre le relais de la mission déjà existante de l'UA, il ne sera plus prudent de la déployer", a-t-il dit.
"C'est un dilemme terrible auquel nous faisons face car, d'une part, on pourrait dire qu'une force, même si elle ne dispose pas de tous les moyens nécessaires, fait tout de même la différence chez bon nombre de personnes.
D'autre part, a t-il poursuivi, si la force devrait connaître une humiliation dès le début de son déploiement, il serait alors très dur de se remettre d'une telle humiliation.
C'est une décision très difficile à prendre donc", a soutenu M.
Guéhenno.
Il a déclaré aux membres du Conseil et aux responsables du secrétariat de l'ONU que la mission ne pourrait pas être en mesure de bien mener son mandat sans le soutien à la fois des unités manquantes et de celles que le Soudan n'a pas encore approuvées.
"Si ces problèmes ne sont pas traités au moment opportun, cela signifie que la mission de 2008 ne saurait être en mesure de répondre aux attentes et de faire la différence comme le souhaite le monde et cela pourrait être un échec", a fait remarquer le sous-Secrétaire général de l'ONU.
Il a également révélé que l'UNAMID n'a toujours pas reçu de promesses concernant les unités de transport, 18 hélicoptères à utiliser pour un support aérien et 6 hélicoptères qui doivent être utilisés à des fins tactiques.
"Je pense que ce manque d'engagement au Darfour est triste.
Je pense qu'il y a une immense tragédie qui se déroule au Darfour et il revient aux pays qui se préoccupent du destin du Darfour de prendre des engagements qui feront la différence.
Je pense que l'heure est à des actions concrètes", a insisté Guéhenno.
Il a exprimé son inquiétude par rapport au fait que le gouvernement soudanais n'a toujours pas clairement donné son approbation concernant plusieurs unités non-africaines de l'UNAMID qui est censée être à prédominance africaine.
"Khartoum n'a pas dit non à une unité particulière, cependant elle n'a également pas dit oui à aucune des unités mentionnées.
Le temps passe et il est important d'avancer", a-t-il ajouté.
Les composantes non-africaines de la force ONU/UA proviennent de la Thaïlande, qui a mis à disposition son Bataillon d'infanterie et le Népal qui participe à l'unité de réserve.
Les pays nordiques comme la Suède, la Norvège et le Danemark ont également proposé d'envoyer des unités d'ingénierie au niveau de la force.
"Il n'y a pas d'alternative pour ces unités car les préparatifs pour un déploiement prennent du temps.
Nous savons que ces unités sont prêtes.
Nous savons qu'elles ont effectué les préparatifs nécessaires.
Elles ont maintenant besoin de se déployer et elles sont prêtes à se déployer", a conclu Guéhenno.
La mission hybride devrait se déployer d'ici la fin de 2007 et prendre le relais de la mission de l'Union africaine au Soudan forte de 7.
000 hommes, qui n'a toujours pas été en mesure d'arrêter les atrocités perpétrées pendant les 4 années de conflit qui ont occasionné près de 200.
000 pertes en vie humaines et fait 2 millions de déplacés.

16 novembre 2007 12:37:00




xhtml CSS