D’importants dégâts à Brazzaville après l’annulation du baccalauréat au Congo

Brazzaville, Congo (PANA) - Plusieurs milliers de lycéens ont provoqué, vendredi à Brazzaville d'importants dégâts matériels, en manifestant leur colère pour protester contre l'annulation des épreuves du baccalauréat, avant d'être dispersés par la Police, a constaté la PANA.

A Pointe-Noire, principal centre économique du pays, au sud, des saccages similaires à ceux commis dans la capitale ont également été signalés, pour les mêmes raisons, selon des sources concordantes.

Les épreuves du baccalauréat ont débuté mardi sur toute l’étendue du territoire national mais un communiqué lu vendredi matin sur les médias d’État a annoncé que l'examen était "annulé pour cause de fraudes massives".

Des milliers de candidats ont appris l'annulation alors qu'ils étaient déjà dans leur centre d'examen. A Ouenze, cinquième arrondissement de la capitale congolaise, au nord de la ville, les candidats ont brisé les portes et fenêtres de leur établissement et ont caillassé des voitures, selon des sources proches de la Direction de surveillance du territoire (Dst).

Au quartier Bacongo, au sud de la ville, des élèves ont érigé des barricades et brûlé des pneus, avant d'être dispersés rapidement à coup de bombes lacrymogènes par la Police, selon ces mêmes sources. Après environ une heure de manifestations, le calme est revenu en ville.

"Les élèves ont exprimé une colère épidermique. Ils sont rentrés chez eux et la Police a le contrôle de la situation", a dit le colonel Jules Monkala Tchoumou, porte-parole de la Police.

En fin de matinée, la cour du ministère de l'Enseignement primaire et secondaire était jonchée de pierres lancées par les élèves en colère.

Le ministre de l'Enseignement primaire et secondaire, Hellot Matson Mampouya, a annoncé à la presse qu'une nouvelle date serait fixée ultérieurement pour le baccalauréat.

-0- PANA MB/BEH/IBA        05 juin 2015

05 juin 2015 17:42:45




xhtml CSS