Croissance des revenus d'exploitation d'une compagnie

Le Cap- Afrique du Sud (PANA) -- La compagnie aéroportuaire, South African Limited (ACSA), a annoncé que ses bénéfices d'exploitation ont augmenté de 26,8% pour atteindre 67,9 millions de dollars américains et ses bénéfices hors taxe ont fait un bond de 21% pour se hisser à 67,1 millions de dollars.
Le directeur de la compagnie, Mashudu Ramano, a fait état des bénéfices pour l'exercice 2000/2001, annonçant que "encore une fois, cette année a été celle de la réussite, permettant à la compagnie aéroportuaire de partager des dividendes à ses actionnaires, tout en participant au processus de transformation du pays".
Il a déclaré que les profits dûs aux actionnaires ont atteint 44,1 millions de dollars, soit une augmentation de 20,4%, alors que les bénéfices par action ont augmenté de 7,3 à 8,8%.
M.
Ramono a déclaré qu'en dépit de la chute du nombre de compagnies aériennes qui utilisent les installations de l'ACSA qui ont atteint leur record en 1997, l'EBITDA - équivalent de l'excédent brut d'exploitation- est passé de 33,6 millions de dollars à 82,8 milions de dollars en cinq ans à compter de cette date.
Le conseil a recommandé une augmentation des dividendes de 8,5 millions de dollars à 13,1 millions de dollars, indiquant que ACSA a payé aux actionnaires 39,2 millions de dollars sous forme de bénefices au cours des cinq dernières années.
Il a déclaré que des dépenses d'investissement de l'ordre de 337 millions de dollars ont été faites pour améliorer des infrastructures aéroportuaires.
Cependant, Ramano a fait observer que les accords de partage et les alliances entre les grandes compagnies ont eu un impact néfaste sur le nombre de vols, plaçant ainsi la barre de l'accroissement du volume des passagers en deça des prévisions de l'IATA.
Ainsi, il a lancé un appel pour qu'il soit procédé à un assouplissement des accords bilatéraux avec 102 pays.
"Nous pensons que les accords bilatéraux ne doivent pas forcément désigner la compagnie aérienne nationale comme étant la compagnie nominée.
C'est le marché qui devrait déterminer cela", a-t-il dit.
La méthode des horaires hebdomadaires sur laquelle les accords bilatéraux sont souvent basés devrait être étudiée par rapport au nombre de passagers en raison de la différence qui existe entre la taille des avions qui desservent différents itinéraires, a-t-il proposé.
En outre, Ramano propose qu'on accorde aux compagnies internationales le droit de permettre à leurs passagers de reprendre un vol long courrier sur un itinéraire domestique et de regrouper des passagers internationaux de provenances diverses pour d'autres destinations locales ou internationales.
Il a aussi lançé un appel pour une adhésion à la "Décision de Yamoussoukro" qui prône une politique de ciel ouvert entre les Etats membres de l'OUA, devenue Union Africaine.

26 juillet 2001 19:41:00




xhtml CSS