Création d'un fonds d'investissement par la Diaspora kenyane

Nairobi- Kenya (PANA) -- Les Kenyans vivant à l'étranger ont mis sur pied le Fonds d'Investissement des Kenyans expatriés (KAIF), une initiative visant à rationaliser et à promouvoir leur participation à la reconstruction économique de leur pays, a-t-on appris du ministre de la Planification, Anyang' Nyong'o.
Dans un entretien accordé mercredi à la PANA, à Nairobi, M.
Nyong'o a annoncé qu'il avait pris part, en compagnie du ministre des Travaux publics, Raila Odinga, et de l'ambassadeur kenyan à Washington, Leonard Ngaithe, à la cérémonie de lancement de ce Fonds, qui a eu lieu la semaine dernière, dans la capitale américaine.
Ce fonds, créé sous l'égide de la Communauté kenyane expatriée (KCA), vise à acheminer les montants transférés par les Kenyans installés à l'étranger par un seul canal, ce qui devrait permettre d'économiser 10 à 15 pour cent des sommes actuellement versées à des tiers pour ce genre d'opération.
Il va aussi faciliter les plans d'investissement et la préparation à la retraite des membres en mettant à leur disposition un système sans charges et transparent dans le cadre duquel ils pourront participer à la reconstruction économique du pays, note le président de la KCA, Frank Mwaniki.
"Le fonds est un concept dont la mise en place a été facilitée par la Communauté kenyane expatriée et qui tente de rendre plus aisé et moins onéreux le transfert des fonds par la communauté kenyane à l'étranger, aussi bien à des fins d'investissement que pour assurer un appui direct aux personnes à leur charge, voire parfois pour les deux éventualités", a encore précisé M.
Mwaniki.
De même, il prend en charge certaines préoccupations particulières des expatriés kenyans en éliminant les obstacles qui entravaient auparavant leurs efforts d'investissement dans leur pays d'origine.
Les Kenyans de la diaspora transfèrent 600 millions de dollars US par an environ vers leur pays et un montant comparable est aussi transféré par le biais des circuits informels.
"La majeure partie de ces fonds passent par des tierces parties, qui prélèvent 10 à 15 pour cent environ de ces montants à titre de frais de transfert", a affirmé M.
Mwaniki.
Le fonds a également pour objectif de fournir un moyen par lequel les Kenyans expatriés pourraient préparer leur retraite en investissant au Kenya plutôt que dans leurs pays d'accueil.
Le ministre de la Planification a indiqué que "Le temps est aujourd'hui venu pour le Kenya d'apprécier le potentiel dont nous disposons à l'étranger et d'en prendre la pleine mesure".
Il a expliqué que le gouvernement va apporter son appui aux contributions faites par les Kenyans de l'étranger dans le cadre de la reconstruction du pays.

06 juillet 2005 16:30:00




xhtml CSS