Création à Paris d’un réseau des femmes de la diaspora

Paris- France (PANA) – Des Africaines vivant en Eu-rope ont décidé de s’organiser en réseau afin de mettre leur expertise à la disposition des pays africains, a annoncé vendredi à la PANA une des initiatrices de ce projet, Amély James Koh Bela.
"L’idée de créer ce réseau est partie des échanges que nous avons eus lors de la conférence consultative Union africaine/Diaspora africaine organisée à Paris.
Le recensement des femmes qui animeront le réseau a déjà commencé", a-t-elle expliqué.
Présidente de l’association "Mayina", Mme James Koh Bela, a également défini les stratégies d’action du réseau, en déplorant "la sous-utilisation" des compétences de la diaspora par les pays d’origine.
"A terme, le réseau va permettre d’identifier dans chaque domaine une Africaine de la diaspora qui a une expertise de haut niveau.
On saura ainsi dans quel pays elle se trouve afin de pouvoir la mobiliser en temps utile", a ajouté l’écrivaine camerounaise qui revendique le statut "d’expert mondial du trafic des êtres humains".
"L’Afrique dispose dans tous les domaines des experts de la diaspora de haut niveau, il faut faire appel à eux au lieu de solliciter des personnes peu familières des réalités africaines et leur verser 200.
000 euros pour toute banale consultation", a martelé la Camerounaise.
Pour elle, l’Afrique irait mieux si les femmes accédaient aux plus hautes fonctions des Etats.
"Il n’y aura plus guerre civile en Afrique, ni mauvaise gestion ou corruption le jour où les femmes seront aux commandes.
Elles ont des capacités d’analyse, de décision qui en font les mieux placées pour servir les collectivités", a estimé Mme James Koh Bela.

14 سبتمبر 2007 12:12:00




xhtml CSS