Côte d’Ivoire: la CEDEAO déplore l’utilisation de la violence par des militaires comme mode de revendication

Ouagadougou, Burkina Faso (PANA) - Le Président de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Alain Marcel De Souza «suit avec préoccupation la reprise de la mutinerie dans des casernes militaires de Côte d’Ivoire depuis le jeudi 11 mai 2017», a-t-on appris à Ouagadougou d’un communiqué de l’institution.

Selon le communiqué, cette reprise est d’autant plus surprenante qu’elle intervient à la suite d’une rencontre d’une délégation des mutins avec le chef de l’Etat, le 10 mai, pour lui exprimer leurs regrets, lui présenter leurs excuses et l’informer qu’ils renonçaient définitivement au solde des primes qui étaient réclamées lors du mouvement du 10 janvier 2017 et pour lesquelles un début de paiement est déjà intervenu.

«Il s’y ajoute que la rencontre a été marquée par l’annonce, par le président de la République, de nouvelles mesures prises pour améliorer les conditions de vie et de travail des soldats, dans le cadre de la mise en œuvre de la loi de programmation militaire», souligne le texte.

Le Président de la Commission de la CEDEAO déplore l’utilisation de la violence comme mode de revendication et de règlement des conflits sociaux et lance un appel aux soldats mécontents pour qu’ils recourent exclusivement aux voies pacifiques qui leur sont ouvertes par les plus hautes autorités de leur pays pour obtenir la satisfaction de leurs réclamations.

Il encourage les autorités ivoiriennes à maintenir leur volonté de trouver des solutions aux problèmes qui sont à l’origine du mécontentement des soldats, afin de préserver les importants acquis de la reconstruction post-conflit, ainsi que le climat de paix qui prévaut dans le pays et dans la sous-région.
-0- PANA NDT/IS/IBA 15mai2017

15 mai 2017 16:19:06




xhtml CSS