Côte d'Ivoire : Le 5ème Sommet UA-UE décide de l'évacuation immédiate de 3800 migrants en Libye

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - Le président en exercice de l'Union africaine (UA), Alpha Condé, a annoncé jeudi, à la clôture du cinquième Sommet UA et Union européenne (UE), la prise de décision ferme d'évacuation immédiate de 3800 migrants majoritairement de l'Afrique de l'Ouest, internés dans un camp à Tripoli en Libye.

"Face aux événements tragiques survenus sur le territoire libyen, nous avons pris des décisions fermes pour l'évacuation immédiate des réfugiés", a déclaré le président guinéen.

Une Task Force a été constituée avec le soutien des Nations Unies à travers l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour évacuer les 3800 migrants.

L'autre mesure porte sur la mise en place d'une commission pilotée par la Commission africaine des droits de l'homme et aidée par l'UE.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA et de l'UE ont décidé aussi de la poursuite pénale de ces trafiquants d'êtres humains et la mise en place de forces spéciales dans chaque pays pour lutter contre le trafic d'êtres humains.

La dernière mesure va concerner la saisie des comptes bancaires de ces trafiquants domiciliés aussi bien en Afrique, en Europe qu'au Moyen-Orient.

Déjà, le présidant tchadien, Idriss Deby Itno, a fait saisir 18 milliards de francs CFA.
Le montant des comptes saisis par le président nigérien, Mahamadou Issoufou, est plus élevé, mais n'a pas été précisé.

Le président Condé a déclaré lors de la conférence de presse de clôture du Sommet que le royaume du Maroc allait mettre des avions pour assurer l'évacuation des migrants. Il a souhaité que l'UE appuie les efforts du Maroc dans ce sens.

Selon le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, le nombre de migrants bloqués en Libye est estimé entre 400 mille et 700 mille personnes réparties dans plus de 42 camps.

Sur le bilan du Sommet, le président Condé a indiqué que les débats ont été francs avec la reconnaissance d'une responsabilité partagée dans la crise de la migration et l'adoption de solutions acceptables pour les deux continents sur la question.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a évoqué une action conjointe pour agir en Libye.

M. Tusk a aussi assuré d'un appel lancé à ses homologues européens d'être à la hauteur de leurs engagements, notamment la reconstitution du fonds fiduciaire de l'UE pour l'Afrique.

Le Sommet a été sanctionné par l'adoption de deux déclarations majeures. L'une sur les thématiques débattues relatives à l'investissement dans la jeunesse pour un développement durable, la paix et la sécurité, la mobilité et la migration et la gouvernance. L'autre sur la situation des migrants en Libye y associe les Nations Unies et d'autres partenaires.

A l'ouverture de ce 5ème Sommet, mercredi, les différents intervenants avaient condamné sans langue de bois, le traitement des migrants en Libye.

Le Sommet UA-UE, institué depuis 2000, est un partenariat, une plate-forme de dialogue entre l'Europe et l'Afrique qui traduit, selon les chefs d’Etat, "l’engagement des deux parties à coopérer à long terme et de manière stratégique sur un pied d’égalité".

Le 5ème Sommet avait pour thème "Investir dans la jeunesse pour un avenir durable".

-0- PANA BAL/IS/SOC 30nov2017

30 novembre 2017 16:15:17




xhtml CSS