Confirmation de deux nouveaux cas d'Ebola au Liberia (OMS)

Lagos, Nigeria (PANA) - L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé que deux des 200 personnes entrées en contact avec un jeune homme décédé de la maladie d'Ebola au Liberia, ont présenté des symptômes et ont été dépistés positifs au virus d'Ebola.

Ceci a été révélé vendredi, alors que l'OMS évaluait la situation suite à la récurrence de la transmission d'Ebola au Liberia.

Selon l'OMS, ces deux personnes sont actuellement sous surveillance étroite. "Deux de ces personnes sont soignées dans un centre de traitement d'Ebola. A ce jour, le pays était déclaré libéré de la transmission du virus Ebola, car aucun nouveau cas n'avait été identifié 42 jours après l'inhumation en toute sécurité de la dernière personne infectée par la maladie du virus Ebola.

"Bien que la transmission du virus ait cessé, le Liberia est resté un pays à haut risque de la récurrence d'Ebola en raison de la transmission actuelle en Guinée et en Sierra Leone voisines. Pour cette raison, le Liberia est entré dans une période de vigilance de 90 jours incluant le dépistage de quiconque présente les symptômes de la maladie à virus Ebola et du dépistage des prélèvements effectués post-mortem sur les malades.

"Le lundi 29 juin 2015, à mi-parcours de cette période de 90 jours, un prélèvement post-mortem effectué sur un jeune homme de 17 ans décédé le 28 juin d'une maladie fébrile traitée comme un cas de paludisme, s'est révélé positif à la maladie à virus Ebola. Conformément aux normes en vigueur dans le cadre de cette période de vigilance renforcée sur tout le territoire libérien, une équipe chargée des inhumations sans risque et dans la dignité a enterré le jeune homme, le jour de son décès. Cette équipe a également effectué le prélèvement qui s'est révélé positif au virus Ebola.

"Chaque semaine, le Liberia dépiste des centaines de prélèvements et d'échantillons sanguins effectués sur des personnes présentant des symptômes pouvant avoir été causés par la maladie à virus Ebola. Quand ce premier échantillon s'est révélé positif, "le système libérien de gestion des incidents", a immédiatement activé une équipe pour mener une enquête approfondie dans la région, et a commencé à rechercher les personnes ayant été en contact avec le jeune homme pendant qu'il présentait les symptômes de la maladie".

Selon l'OMS, les membres de la communauté où le jeune homme est décédé s'assurent que toutes les personnes qui ont été en contact avec d'autres infectées par le virus Ebola ne quittent pas la région et soient surveillées étroitement.

Quand des foyers sont placés en quarantaine, des vivres et des équipements comme des lits et de tentes sont distribués par les agences de l'ONU comme l'UNICEF et le Programme alimentaire mondial.

"Le système des Nations Unies et les organisations non-gouvernementales fournissent au gouvernement les équipements nécessaires comme le matériel de protection, les sprays pour la désinfection des mains, les thermomètres".

D'autre part, des experts en épidémiologie et mobilisation sociale sont déployés sur place pour s'assurer que la communauté est totalement impliquée dans l'identification des contacts et la lutte contre la progression des maladies.

"Le gouvernement a informé la population de ce qui se passe et lui a rappelé les principales mesures à prendre pour éviter la contamination", indique le communiqué de l'OMS reçu par la PANA.
-0- PANA VAO/FJG/IS/SOC 04juil2015

04 juillet 2015 17:25:36




xhtml CSS